« Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. »

Alphonse de Lamartine

Passage de frontière pour découvrir mon 11ème pays d’Asie : Brunei Darrusalam. Ce petit pays enclavé sur Bornéo n’est pas des plus connus, et totalement zappé par la grande majorité des routards. Pourtant, j’ai adoré mes cinq jours passés ici. Je vous en dis plus et vous guide !

Allons voir ce qui s’y trouve !

Avant de débuter mon périple en Asie, j’ignorais l’existence de ce pays. Jamais entendu quelqu’un prononcer son nom ! C’est donc avec surprise que j’ai vu écrit « Brunei » sur une carte, situé sur l’île de Bornéo. Il n’y aurait donc pas que la Malaisie et l’Indonésie à se partager Bornéo ?! Ma curiosité a été piquée et j’ai décidé d’aller voir ça par moi-même.

Le passage de la frontière en bus se fait sans difficulté. La douane de Brunei vérifie juste les sacs à dos pour s’assurer qu’il n’y a pas d’alcool ou de cigarettes.

Une fois cette frontière passée, les paysages traversés diffèrent. Mais où sont les plantions de palmiers de Malaisie ? Où est la déforestation ?

Un paradis vert ?

Brunei est recouvert à 75% d’une jungle primitive. Le Sultanat n’a pas besoin du commerce du bois ou de l’huile de palme pour se développer. Il possède tout simplement les plus grosses réserves de pétrole d’Asie du Sud-Est, ce qui lui assure une rente très confortable.

Ainsi, on trouve dans la jungle de Brunei de nombreux animaux étant en voie de disparition en Malaisie ou Indonésie.

Brunei est un tout petit pays dont le territoire est coupé en deux par la Malaisie. 430 000 habitants le peuplent, dont la moitié vivant à la capitale, Bandar Seri Begawan (appelé BSB tout simplement).

Brunei Bandar Seri Begawan

L’auberge où il faut séjourner !

Les auberges de jeunesses ne courent pas les rues ; c’est le moins que l’on puisse dire puisqu’on en compte seulement trois dans la capitale. Mais dès que je suis arrivé à mon auberge, j’ai rapidement compris que mon séjour ici allait être agréable. Après l’accueil très moyen reçu à Miri, j’ai trouvé ici l’une des meilleures auberges où je suis allé : AE Backpacker Hostel. L’hôtel n’a que quelques mois donc tout est neuf. Vu que peu de routards viennent ici, j’ai eu un dortoir pour moi tout seul la plupart des nuits !

Andy, l’un des managers qui m’a accueilli, a été formidable et une belle rencontre. Souriant, toujours disponible pour aider, et il m’a même accompagné visiter et montrer des endroits cools ! Terima kasih my friend ! Je vous en dis plus sur les environs dans un autre article.

Un petit pays boudé des occidentaux

Ce n’est pas un mythe, des routards du monde entier envahissent tous les pays d’Asie du Sud-Est. Alors pourquoi aucun à Brunei ? Plusieurs raisons peuvent expliquer cela. D’abord, le coût de la vie est plus élevé qu’ailleurs. Un lit en dortoir est à 13 euros et difficile de bien manger pour moins de 4 euros. Déjà, ça refroidit les voyageurs au budget serré !

Brunei est aussi considéré comme le pays le plus conservateur d’Asie. L’Islam est religion d’État et la Charia est en vigueur depuis 2014 (la loi Islamique). Ça aussi ça fait peur à certains. Mais il n’y a pourtant rien à craindre, je vais vous le prouver !

Une mosquée grandiose

La religion est bien sûr omniprésente à Brunei. On le comprend vite à la vue du nombre de mosquées et minarets ! C’est dans cette capitale que j’ai visité les plus belles mosquées de ce voyage (pour l’instant car je pense que celles d’Iran seront encore plus majestueuses !). La plus grande du pays ne se trouvait qu’à cinq minutes de mon hôtel, la mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah.

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah

Elle a été construite pour le 25ème anniversaire du règne du Sultan, en 1992. Les dimensions sont impressionnantes avec les 4 grands minarets et les 29 coupoles (car il s’agit du 29ème Sultan).

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah

Il est possible de visiter l’intérieur en dehors des heures de prières, sauf le jeudi et vendredi quand toutes les mosquées du pays sont fermées aux visiteurs. La décoration extérieure est déjà très belle avec les céramiques, mais l’intérieur est tout autant joli. Je n’ai pas de photo à montrer car il est interdit d’en prendre au sein de la mosquée.

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah

J’ai trouvé cette mosquée tellement impressionnante que j’y suis retourné le soir. La prière avait lieu donc je n’ai pas pu entrer de nouveau évidemment. Mais voir ce bel édifice avec les lumières et entendre les prières de milliers de personnes à l’intérieur donnait des frissons.

Brunei Mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah nuit

Charia or not charia ?

Deux tiers de la population est musulmane et on ne rigole pas avec la foi. L’actuel Sultan, Hassanal Bolkiah, a imposé la Charia pour les musulmans. Les habitants d’autres religions sont confrontés au code civil en cas d’infraction. Il y a donc deux codes dans le pays selon votre religion, ce qui est plutôt surprenant et rare.

Le mot Charia fait peur en occident. Évidemment, on ne peut parler de progrès quand un pays l’adopte. Plusieurs infractions sont passibles de châtiments corporels : vol, adultère, consommation d’alcool…

Cependant, il ne faut pas croire que le code Islamique impose forcément un retour à un système moyenâgeux. Aucune femme musulmane ne porte le voile intégrale, et les non-musulmanes n’en portent pas du tout. Les femmes sont actives à Brunei, la plupart ayant un travail. Elles ne sont pas mises de côté et accèdent à des postes de cadres. D’ailleurs, j’ai été surpris de voir que la plupart des belles berlines allemandes sont conduites par des femmes !

J’ai parlé de ce système avec Andy, qui ne voyait pas de mal à avoir le code Islamique comme référence de justice. Ainsi, il est important quand on voyage dans un pays si différent du nôtre d’oublier ce que l’on considère comme acquis, et toujours chercher à comprendre ce que l’on a sous les yeux.

Rien n’est plus grand qu’Allah (et que la mosquée non plus !)

Et ce qu’on a sous les yeux, ça brille ! L’autre mosquée importante de la capitale est Omar Ali Saifuddien, l’ancien Sultan et père de l’actuel. C’est la plus photogénique car elle se reflète dans l’eau.

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Omar Ali Saifuddien

Le minaret est le point le plus haut de la ville, avec ses 52 mètres. Rien ne doit le dépasser et le Sultan y veille : il a fait démolir le dernier étage d’un bâtiment d’une banque car il le dépassait légèrement !

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Omar Ali Saifuddien

Là aussi l’intérieur est magnifique avec du marbre italien, des vitraux anglais, des mosaïques…

Brunei Bandar Seri Begawan Mosquée Omar Ali Saifuddien

Pause obligatoire

Les vendredis, l’activité du pays se stoppe à l’heure de la prière. Tous les commerces ont l’obligation de fermer de 12h à 14h, y compris les restaurants.

Brunei Bandar Seri Begawan Centre-ville

Dieu sait que les restaurants sont importants à Brunei pourtant ! Les sorties nocturnes sont inexistantes (y a beau dire, sans alcool la fête est beaucoup moins folle…). Les habitants compensent donc avec le shopping et la nourriture. Leur passe-temps favori est d’aller faire les magasins et finir par un bon restaurant. La bouffe est très bonne et variée en plus ici.

Le Sultan au-dessus d’Allah ?!

Le Sultan prend toutes les décisions à Brunei. Il choisit lui-même les membres de son gouvernement mais en réalité il décide seul et par décret. Le cumule des statuts ne lui pose pas problème : Premier ministre, ministre de la Défense, ministre des Finances, recteur de l’université, chef de la police, chef suprême des forces armées et commandeur des croyants. Il doit avoir des journées bien remplies et un agenda serré !

Ça ne choque pas les locaux qui se sont habitués à ce système puisque la dynastie remonte à…1363 !

Le musée des Insignes Royaux retrace la vie de l’actuel Sultan. Il est généreux, il aime le sport, il est à l’écoute de la population… Non, ce n’est pas du tout de la propagande voyons !

Les cadeaux qu’il a reçu sont également exposés, dont la Grande Croix de la Légion d’Honneur Française (quand je dis que c’est une belle merde ce truc, je pense pas me tromper !). Beaucoup de ces présents proviennent du gouvernement malaisien, avec qui Brunei a bien sûr d’étroites relations. Mais aussi de l’Angleterre puisque ce petit pays est un ancien protectorat britannique et est toujours membre du Commonwealth.

Fin de mois difficile ?

Le Sultanat est très riche grâce au pétrole. Le Sultan est d’ailleurs dans le peloton de tête des hommes les plus riches au monde (c’est sûrement pour ça qu’il ne sait pas quoi faire de tous ces cadeaux en or et les stock dans un musée…). L’argent n’est pas tabou pour lui et il aime dire à tout le monde que tous ses chevaux coûtent au moins 40 000 dollars chacun (oui monsieur aime le polo…).

Il loge d’ailleurs dans un palais immense (4 fois plus grand que Versailles !) proche de la ville. Malheureusement, on ne peut pas le visiter. On peut juste l’admirer de l’extérieur et prendre une photo avec les gardes !

Brunei Palais du Sultan

Interdit d’interdire

L’argent coule à flot mais on ne le remarque pas vraiment en ville au final. Ce n’est pas la démesure ou le luxe ostentatoire de Singapour. On voit quelques belles voitures, les avenues sont larges et propres, des centres commerciaux… Moderne mais pas autant que pourrait le laisser penser les comptes en banque du Sultanat.

Brunei Bandar Seri Begawan Centre-ville luxe

Une petite similitude avec Singapour : les panneaux interdits. Brunei aime bien les règles aussi et les affiche un peu partout. A tel point qu’il faut prendre 10 minutes pour les lire parfois. Mais contrairement à Singapour, personne ne viendra vous emmerder si vous ne les respectez pas scrupuleusement !

Brunei Bandar Seri Begawan Centre-ville

Une situation pas trop mal…

L’argent du Sultan provient en grande partie de l’exploitation du pétrole, qui a débuté en 1929. Il s’en met plein les poches mais sait aussi redistribuer, ce qui lui permet de se maintenir au pouvoir. Les chiffres économiques sont bons : pas de chômage, faible dette, bon taux de croissance… Le système social est superbe en plus : scolarité, soins et santé gratuits. L’État prend en charge 50% de l’achat d’une maison, et en plus les impôts sont inexistants ! Le paradis non ?!

Tout n’est pas rose non plus, car 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le miracle économique de Brunei a attiré beaucoup d’immigrés, notamment d’Inde. Le désir d’une vie meilleure reste, comme bien souvent, à l’état de rêve…

Pour l’instant, le pétrole permet au Sultanat de Brunei de se développer. Mais que fera cette pétromonarchie quand ses réserves d’or noir seront épuisées, d’ici une vingtaine d’années ? Le Sultan aurait besoin d’un ministre de l’économie pour rapidement diversifier les activités du pays !

Question philosophique

Malgré ses imperfections, ce pays reste une curiosité pour un œil étranger. C’est le pays des contradictions : modernisme et fortes traditions, un système social progressiste et une doctrine ultra-conservative…

Ça m’a fait réfléchir à une question : mieux vaut-il une dictature humaniste ou bien une démocratie autoritaire ? Je vous laisse y réfléchir..!

Brunei Mosquée Jame’Asr Hassanil Bolkiah nuit

Je ne regrette définitivement pas ma venue à Brunei Darrusalam ! Découvrir ce pays est plus qu’intéressant et intriguant. Les locaux sont très gentils en plus, car pas du tout habitué à voir un routard débarquer dans leur ville.


3 commentaires

Gogolka · 19 août 2018 à 17 h 58 min

Et ben tu l as donné envie d y aller..voilà un pays plus quboeiginsl et qui semble bien authentique a sa façon..cool merci pour les tofs..superbes les mosquées.. autre chose que celle de malaka 😙

Aux alentours de BSB - Du 14/08 au 19/08/2018 - Y a qu'à rêver · 11 décembre 2018 à 16 h 10 min

[…] capitale de Brunei, BSB, m’a agréablement surprise. J’ai apprécié parcourir ses grandes avenues et […]

Miri : pétrole, déforestation et improvisation - Y a qu'à rêver · 27 décembre 2018 à 14 h 34 min

[…] l’après-midi en direction de Brunei, le dernier pays de ce voyage en Asie. Pour être honnête, j’ignorais son existence avant […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :