Avant de se lancer dans le trek du Tour du Mont Blanc, certains se posent un tas de question pour bien le préparer. Je vais essayer d’y répondre du mieux que je peux dans cet article !

Le sommaire pour préparer le Tour du Mont Blanc :
  • 1 – Où débuter le Tour du Mont Blanc
  • 2 – Où dormir à Chamonix
  • 3 – Dans quel sens faire le TMB
  • 4 – Où dormir sur le TMB
  • 5 – Planifier son itinéraire
  • 6 – Les variantes
  • 7 – Comment gérer la nourriture et l’eau
  • 8 – Que prendre dans le sac à dos

1 – Où débuter le Tour du Mont Blanc

Voir en plein écran

Désolé pour la carte qui n’est pas des mieux à première vue, mais ouvrez la en plein écran pour zoomer sur le TMB. Elle est assez précise ensuite !

L’itinéraire du Tour du Mont Blanc forme une boucle, donc on peut commencer un peu où on veut.

Côté italien, le mieux est de rejoindre Courmayeur pour débuter.

Côté suisse, il n’y a pas de début plus simple que d’autres à rejoindre car c’est principalement des petits villages. Donc à moins d’avoir un véhicule, il sera difficile de s’y rendre.

Côté français, l’incontournable Chamonix est le point de départ le plus facile à rejoindre. Le départ historique du trek est Les Houches, à une dizaine de minutes en bus de Chamonix (les bus publics sont d’ailleurs gratuits, alors profitez-en !).

Trek du tour du mont blanc Brévent panorama

2 – Où dormir à Chamonix

Ce blog est avant tout destiné aux routards un peu regardant sur le budget, donc il n’y aura pas d’hôtels de luxe en recommandation..!

Il y a quelques campings dans la vallée de Chamonix, notamment près des Houches, ce qui est pratique si on veut débuter le trek tôt le matin.

Afin de bien me reposer avant et après le trek, j’ai préféré dormir en auberge :

  • Le Chamoniard Volant : auberge à 15 minutes à pied du centre-ville. Un peu excentrée mais la moins chère (20 euros le lit en dortoir en haute saison). Il y a une cuisine basique à disposition pour éviter de payer les restaurants, donc bien pratique. Et bonne ambiance le soir autour de la table entre les randonneurs, grimpeurs, alpinistes… Les équipements sont assez basiques mais ça passe pour un court séjour !
  • Chamonix Lodge : dortoir à 23 euros et chambre privée à 60 euros la nuit en haute saison. Auberge à 10 minutes du centre, jardin avec hamac et jacuzzi et vue sur le Mont Blanc. Très bien équipée avec cuisine, bibliothèque, terrasse… Vraiment bien pour le prix ! En revanche, l’ambiance est très anglophone, le proprio étant US il me semble. Donc pratiquez votre anglais car vous ne parlerez pas français (même le staff de l’auberge ne parlait pas français lors de ma venue)

3 – Dans quel sens faire le TMB ?

Une fois à Chamonix et prêt à entamer le trek après une bonne nuit, c’est parti pour le TMB !

Il est préférable de faire le TMB dans le sens anti-horaire. Certains cols sont plus faciles à passer dans ce sens là.

Si vous choisissez le sens horaire, préparez vous à dire bonjour très fréquemment car vous allez croiser tous les randonneurs. Alors que si vous faites comme tout le monde, vous pouvez marcher seul longtemps sans croiser personne, ce qui est bien mieux selon moi (mais je suis un peu ours qui n’aime pas les gens quand je suis en montagne !).

Trek du Tour du Mont Blanc Grandes Jorasses

4 – Où dormir sur le TMB

Deux écoles s’affrontent pour cette question : refuges ou bivouac ?!

Les deux ont leurs avantages et inconvénients.

Dormir en refuge permettra de prendre une douche chaude, manger un bon repas, dormir dans un lit, et rencontrer de nombreux randonneurs. De plus, vous n’aurez pas à porter un sac à dos assez lourd.

Il y a des refuges toutes les deux heures de marche environ, ce qui est pratique pour faire de courtes journées si on veut.

En revanche, c’est moins aventureux et on n’est pas sûr de bien dormir car les dortoirs sont grands et il y aura toujours un ronfleur professionnel dans le lot. Évidemment, le prix est assez élevé : comptez environ 40-50 euros la nuit en 1/2 pension.

En haute saison, il faut réserver les refuges à l’avance paraît-il. Mais si vous êtes seuls, vous trouverez forcément un lit dispo en dortoir normalement. Par contre si vous êtes un groupe, réservez à l’avance obligatoirement !

Le site pour vérifier la disponibilité des refuges et réserver : lien.

Le bivouac est la solution parfaite pour ceux voulant être libre et profiter pleinement du calme des montagnes. Mais il faudra porter les équipements pour être en autonomie totale.

Les règles de bivouac varient en fonction du pays :

  • en France, le bivouac est toléré entre le coucher et le lever du soleil. Il y a des aires de bivouac un peu aménagées en général près des refuges, mais on peut très bien dormir loin de tout si on veut.
  • En Italie, le bivouac est interdit sous 2 500 mètres d’altitude (en gros, c’est autorisé uniquement au sommet des cols, où il fera froid et beaucoup de vent, super…). Mais il est possible de bivouaquer dans plein d’endroits à basse altitude en se cachant un peu et en montant la tente le soir. Si on se fait choper, il y a une amande de 500 euros je crois, mais en pratique il y a peu de chance que quelqu’un vienne vous emmerder. Attention, certains refuges sont particulièrement cons avec ça et n’hésiteront pas à vous dénoncer si vous bivouaquez à proximité (le refuge Bonati à cette réputation).
  • En Suisse, le bivouac est interdit partout, mais idem que pour l’Italie, il suffit de se cacher loin des habitations.

La montagne est un espace de liberté, alors ces règles ont tendance à m’énerver. Je veux dormir tranquille dans ma tente, et pas dans un dortoir de 15 avec du bruit !

Évidemment, si vous bivouaquez, pensez à bien ramasser vos déchets et à laisser tout propre après votre passage. Pour vos besoins naturels, ne les faites pas près des cours d’eau (une façon plus explicite de dire les choses : ne chiez pas près du ruisseau !).

Pour savoir où bivouaquer, un membre d’un forum a fait une liste superbe et détaillée : lien.

Trek du Tour du Mont Blanc Bivouac La Balme

5 – Planifier son itinéraire

Planifier son itinéraire dépend de plusieurs facteurs, notamment de votre choix concernant les lieux pour dormir : refuges ou bivouac. Évidemment, en bivouac, la question de la planification des étapes ne pose pas trop de problème puisqu’on peut s’arrêter un peu quand on veut. En revanche, si vous avez réservé un refuge, pas le choix que d’y aller !

En planifiant vos journées, ne vous fiez pas au nombre de kilomètres. Comme toujours en montagne, c’est le dénivelé qui est important à analyser. Pour cela, munissez-vous du Topo Guide du TMB. Les étapes y sont très détaillées, avec les temps de marche, des cartes précises, les difficultés, les endroits où dormir… Vraiment indispensable !

Un autre paramètre à prendre en compte selon moi pour la planification est le passage des cols, notamment pour les plus hauts. La météo est généralement meilleure le matin en montagne, donc privilégiez de dormir au pied d’un col pour arriver en haut tôt et avoir un beau panorama, et ne pas se retrouver dans les nuages.

De plus, passer un col en fin de journée quand on est bien crevé est assez difficile et on ne profitera pas de la même façon.

Trek du Tour du Mont Dômes de Miage

6 – Les variantes

Il y a le sentier classique du TMB, mais vous verrez également sur les cartes qu’il existe des variantes, des chemins parallèles au TMB. Un conseil : empruntez-les le plus possible !

Ces variantes en général permettent de rester en altitude, proche de la neige et des glaciers. Là où le chemin officiel du TMB contourne les hauts cols par le fond des vallées en passant par plein de villages, les variantes préfèrent passer directement ces cols et avoir des panoramas magnifiques.

De plus, elles sont moins fréquentées que le sentier classique.

Certaines sont réputées assez difficiles alors soyez sûrs d’être en forme physiquement avant de vous y engager. Mais pas d’inquiétude, ce n’est pas de l’alpinisme ! Il y a quelques passages sur des névés ou de la glace en fonction de la période (début juillet, il y en avait), mais en prenant son temps et avec des bâtons, ça passe tout seul !

Les variantes que je conseille absolument :

  • le col du Tricot pour admirer les Dômes de Miage de près ;
  • le col des Fours pour marcher dans la neige et profiter de la solitude (pas grand monde ne la tente celle-là) ;
  • la fenêtre d’Arpette : malheureusement je me suis blessé juste avant de la faire mais c’est la plus belle paraît-il…
Trek du Tour du Mont Blanc Col des Fours

7 – Comment gérer la nourriture et l’eau ?

Pour la nourriture, pas de questions à se poser si on dort en refuge. La nourriture y est copieuse et très bonne en général. Partez juste avec des barres de céréales et des fruits secs pour grignoter durant la journée et éviter une petite fringale.

En bivouac, c’est différent. J’ai acheté des repas lyophilisés pour le petit-déjeuner et le dîner. Le midi, je prenais un sandwich ou un vrai repas dans un refuge.

Le matin : thé, muesli chocolat / banane, une barre de céréale.

Le soir : poulet curry riz, pâtes bolognaises… Les sachets lyophilisés s’améliorent et la bouffe n’est plus si dégueu (par contre c’est toujours hyper salé !).

Vous pouvez vous ravitailler durant le trek, notamment à Contamines, Courmayeur, La Fouly, Champex… Il y a des épiceries où vous pouvez acheter des fruits, du pain… Donc ne vous chargez pas inutilement avec trop de nourriture. Vous n’allez pas mourir de faim, pas d’inquiétude !

Pour l’eau, c’est très facile. Il y a de très nombreux torrents et rivières descendants des glaciers, donc il suffit juste d’y remplir sa gourde. C’est ce que j’ai fait et aucun souci. J’avais pris des pastilles micropur mais je ne les ai même pas utilisées au final et je ne suis pas tombé malade. L’eau est délicieuse et naturelle, profitez-en ! Faites attention tout de même qu’il n’y ait pas un troupeau de vaches 100 mètres en amont afin d’éviter d’avoir des bactéries fécales dans votre eau… Et en retour, ne chiez pas près de la rivière pour les mêmes raison encore une fois !

Trek du Tour du Mont Blanc Arnuva

8 – Que prendre dans son sac à dos

Il est important de bien préparer son sac à dos pour ne pas marcher avec 20 kg sur le dos. Limitez vous à 14 kg, c’est le maximum pour éviter de souffrir du poids.

J’ai préparé une check-list que vous pouvez imprimer (seulement si nécessaire) pour vous aider à préparer votre sac avec les équipements nécessaires :

Bon trek, profitez bien !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :