« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. »

Nelson Mandela

Le GR340 fait le tour de Belle-Île-en-Mer, sur environ 80 kilomètres. Cela faisait un petit moment que j’avais ce trek dans un coin de ma tête. Mais j’étais sans cesse trop attiré par les majestueuses montagnes des Alpes ou bien la nature brute des Pyrénées. Cependant, en ce mois d’avril, il est encore trop tôt pour aller gambader en montagnes, les cols et sommets seront trop enneigés. Donc direction la Bretagne !

Pour m’accompagner durant ces 4 jours : ma maman, ma sœur et son copain ! Des vacances en famille, ça faisait longtemps !

Aller à Belle-Île-en-Mer :

Il existe plusieurs possibilités pour rejoindre Belle-Île-en-Mer :

  • depuis Quiberon, avec la Compagnie Océane, qui dessert l’île toute l’année avec plusieurs départs par jour ;
  • soit depuis Locmariaquer, Vannes ou Port Navalo, avec Navix, qui dessert l’île une bonne partie de l’année mais avec moins de départs ;
  • au départ de la Turballe ou Le Croisic en saison.

Le mieux pour avoir des informations à jour est d’aller sur le site de l’office du tourisme de l’île. Vous trouverez forcément une solution qui vous convient !

La carte de notre trek de 4 jours, avec nuit en bivouac, pour faire le tour de Belle-Île-en-Mer :

carte GR340 Belle-Île-en-Mer
Jour 1 : Le Palais – Sauzon – Pointe des Poulains – Plage de Ster-Vraz

Distance : environ 21 km

Durée : 8h45 (avec les pauses)

On se rejoint tous au port du Palais après une traversée depuis Port Navalo ou Quiberon. Il fait beau et chaud, les choses sérieuses peuvent commencer !

On commence à marcher vers 11h15. Le Palais est le gros village de l’île, là où tout le monde arrive. C’est assez animé, avec de nombreux restaurants et commerces près de l’embarcadère. On en profite pour acheter des sandwichs pour le midi, et on file vers la Citadelle Vauban, construite au 16ème siècle et qui a défendu l’île contre les pirates, les espagnols et les anglais !

Une fois cette citadelle passée, on est de suite dans la nature, avec la mer à nos pieds. Il y a des maisons disséminées par-ci par-là sur la côte, chacune bénéficiant d’une vue incroyable et constituant sûrement un petit havre de paix.

On nous avait prévenu que le GR340 n’est pas facile. Ce n’est pas de la haute montagne évidemment, mais c’est un enchaînement permanent de montées et descentes. Il ne nous faut pas longtemps pour confirmer ! En plein soleil, avec les sacs à dos assez lourds (tentes, nourritures etc…), c’est sportif pour une mise en jambe !

Belle-Ile-en-Mer montée

Mais l’humeur est au beau fixe : on passe d’une crique paradisiaque à une autre. Ça n’a rien à envier aux célèbres Calanques ! Le sable est clair, la mer est transparente et turquoise près de la côte, puis d’un bleu profond au large. De plus, faire ce trek en avril permet de voir les couleurs jaunes, roses…des fleurs.

Belle-Ile-en-Mer crique

On atteint Sauzon vers 16h00. Cette première partie a été assez dure physiquement, et ma maman, pour qui c’est la première randonnée en itinérance avec sac à dos, se sent très fatiguée. Elle doute de sa capacité à faire tout le tour si c’est si dur, et parle de prendre un bus jusqu’à la Pointe des Poulains pour ne pas nous ralentir. Mais on part en groupe, alors on finit en groupe. Pas question de lâcher quelqu’un !

La supérette de Sauzon est fermée et n’ouvre qu’à 17h00. Ça tombe plutôt bien, car on en profite pour faire une bonne pause sur la terrasse d’un café. Sauzon est considéré comme le plus beau village de l’île. C’est mignon, avec de petites maisons de toutes les couleurs, et beaucoup plus calme que le Palais. On n’a pas vraiment visité mais on a apprécié y faire une pause.

Belle-Ile-en-Mer Sauzon

Une fois le Vival ouvert, on achète ce qu’il faut pour le dîner du soir et le petit-déj du lendemain. Pas beaucoup de choix donc les courses sont rapides ! Il est important de faire le plein d’eau aussi car il n’y aura pas de point de ravitaillement en eau potable avant les Aiguilles de Port Coton le lendemain !

On reprend notre marche ensuite. La côte entre Sauzon et la Pointe des Poulains est vraiment splendide.

Belle-Ile-en-Mer Sauzon
Belle-Ile-en-Mer arche

Le célèbre phare est en vue. Je l’imaginais immense, mais il est pas si grand au final ! Peu importe, on a l’impression d’être au bout du monde ! La mer est calme aujourd’hui, mais on imagine facilement les énormes vagues de l’Atlantique venant s’écraser contre les falaises.

Pointe des Poulains
Pointe des Poulains Phare
Pointe des Poulains Phare

Il est tard et il faut qu’on pense à trouver un endroit où bivouaquer. Le camping sauvage est toléré à Belle-Ile hors saison à condition de planter sa tente en soirée et partir tôt le matin sans laisser de trace évidemment.

On a la mauvaise surprise de constater que sur la côte Atlantique de l’île, exposée aux tempêtes, il y a bien moins de végétation et d’arbres que de l’autre côté. Un golf dégueulasse a été construit près de la pointe en plus, s’étendant sur une grande superficie près de la côte.

On pensait marcher que quelques minutes après la Pointe des Poulains mais on galère à trouver un endroit convenable pour dormir. Je suis assez exigeant pour les bivouacs, je recherche toujours une belle vue, des arbres pour s’abriter de l’humidité, et un sol douillet.

Mais après une bonne heure de marche, force est de constater qu’on n’arrivera pas à trouver l’endroit idéal. A la vue d’une petite prairie près de la plage de Ster-Vraz, on s’y arrête. Il est presque 20h00 et on est épuisé après cette première journée.

On monte les tentes, on dîne ce qu’on a acheté à la supérette (un mélange de semoule, lentilles, maïs…absolument dégueux !). Pour finir cette journée, un magnifique coucher de soleil depuis les rochers de la plage.

Bivouac plage ster vraz GR340
Jour 2 : Plage de Ster-Vraz – Plage de Kérel

Distance : environ 22 km

Durée : 8h30 (avec les pauses)

La nuit a été réparatrice, même si j’ai été réveillé très tôt. On prend le petit-déj’, range les affaires dans nos sacs à dos et départ à 9h00.

Le ciel est assez brumeux aujourd’hui, mais il fait tout de même beau et au moins il fait moins chaud que la veille.

Nous apercevons une dernière fois le phare de la Pointe des Poulains au loin, et nous longeons ensuite toute la côte sauvage de l’île. Les tempêtes qui s’abattent ici empêchent les arbres de pousser. Nous marchons dans un paysage de landes sauvages. Sommes-nous en Bretagne ou bien sur les côtes de la Patagonie argentine ?!

Pointe des Poulains Phare
Belle-ile cote sauvage

Le sentier est plutôt plat jusqu’à la grande plage de Donnant, où une poignée de surfeurs affrontent les vagues et la température froide de la mer.

On a l’impression d’avoir avancer rapidement du coup. On mange le midi à la plage de Vazen. Un repas lyophilisé qui nous redonne des forces, et meilleur que notre dîner de la veille !

Belle-ile plage donnant
Belle-Ile-en-Mer Plage Donnant
GR340 Plage Donnant

En milieu d’après-midi, nous arrivons aux Aiguilles de Port Coton. Même si la météo est clémente, la mer est très agitée à cet endroit, avec de l’écume partout. La puissance de la nature dans toute sa splendeur…

Les Aiguilles accentuent encore plus ce sentiment, provoquant des courants forts à leurs pieds. C’est un peu cliché mais c’est ma Bretagne comme je l’aime : de hautes falaises, des vagues s’écrasant contre les rochers, du vent…

Belle-Ile-en-Mer cote sauvage
Aiguilles Port Coton

Nous continuons le sentier quelques minutes avant de passer devant l’hôtel-restaurant le Grand Large. Nous y entrons pour remplir nos réserves d’eau car il n’y aura plus de point d’eau douce avant demain soir ! C’est le « défaut » de cette rando, avec une gestion de l’eau potable un peu compliquée. Il faut anticiper pour ne pas se retrouver à sec, même s’il y aura toujours moyen de rentrer un peu dans les terres pour trouver une maison et demander à remplir ses gourdes (mais ça fera quelques kilomètres en plus, dont on se passe bien lors d’un trek !).

Les sacs sont bien lourds avec les litres d’eau nécessaires pour cuisiner, boire… On marche une heure avant d’arriver à proximité de la plage de Kérel. On repère une petite forêt de pins juste avant. Le spot idéal pour bivouaquer !

GR340 bivouac plage de Kérel

Il est 17h30, fin de la journée de rando ! On dîne tôt et on est dans nos sacs de couchage dès 20h30 !

Jour 3 : Plage de Kérel – Pointe du Skeul – Locmaria – Plage de Port Andro

Distance : environ 23km

Durée : 9h (avec les pauses)

Troisième jour et l’étape la plus dure d’après de nombreuses personnes ! Nous allons continuer à longer la côte sauvage, mais avec de nombreuses montées et descentes. Les falaises sont hautes sur cette partie, donc beaucoup de dénivelés au total quand on descend sur une plage et qu’il faut remonter sur la falaise de l’autre côté ! Mais on ne va pas se plaindre, on profite quand même de ces beaux endroits.

Belle-Ile-en-Mer fleurs

On est assez loin de la Pointe des Poulains, et il y a un peu plus de végétation. On enchaîne les belles plages : Dotchot, Herlin, Baluden…

Belle-Ile-en-Mer plage dotchot
Belle-Ile-plage Herlin et Baluden

Pause déjeuner le midi au bout de la pointe de Pouldon. On a fait la moitié de l’étape, les jambes sont lourdes mais on enchaîne !

Belle-Ile Pointe de Pouldon

Le sentier continue, toujours en montagnes russes, à tel point qu’on a une surprise au détour d’un virage. Trois chèvres ressemblant à des bouquetins sont au milieu d’une falaise, à profiter du soleil. Incroyable de voir ça ici ! Avec les sentiers escarpés de cette étape et ces animaux, on a l’impression de faire une rando dans les Alpes !

GR340 difficultés
Belle-Ile chèvres bouquetins

La pointe du Skeul est atteinte en milieu d’après-midi. On a finit de longer toute la côte sauvage de l’île ! Les fleurs réapparaissent, et le vent se calme immédiatement. On arrive peu après à la plage de Port Blanc, juste à côté du village de Locmaria.

Belle-Ile fleurs

Depuis la veille au soir, j’ai une petite douleur à la cheville gauche (ligament ou tendon). Sûrement le fait de porter lourd et de ne pas avoir assez bu (je bois normalement minimum 2 litres d’eau par jour de trek, mais là il fallait un peu se « rationner » !). Je fais une pause à cette plage pendant que le reste de le troupe part faire quelques courses à Locmaria pour le dîner et le petit-déj du lendemain.

Belle-Ile-en-Mer Plage de Port Blanc

On continue environ 2 ou 3 km jusqu’à la plage de Port Andro, où se trouve un camping municipal et un bar restaurant. Heureusement, on avait appelé ce restaurant quand on était à Locmaria : il était censé être ouvert mais finalement il ne l’est pas car rupture de marchandise pour servir les clients ! On a donc dû s’acheter de quoi dîner, ce qui n’était pas prévu initialement.

Le camping municipal n’a pas encore ouvert mais est tout de même accessible pour planter les tentes. Et il y a une douche extérieure, avec de l’eau (très) froide mais je ne résiste pas à me laver après trois jours à transpirer !

L’étape la plus dure est faite, on est K.O ! On ne fait pas long feu ce soir non plus, et tout le monde dort déjà à 21h !

Jour 4 : Plage de Port Andro – Le Palais

Distance : environ 14 km

Durée : 4h30 (avec les pauses).

On est matinal après une bonne nuit, et on enfile nos sacs à dos à 8h30 pour cette dernière journée du trek. Dès le début, on passe par le troisième phare de l’île. La mer est calme sur cette côte, comme la première journée. La couleur de l’eau est à nouveau incroyable.

Belle-Ile-en-Mer phare locmaria
Belle-Ile-en-Mer GR340

On est tous assez pressé d’arriver au Palais pour pouvoir enfin se poser et manger un gros repas. On fait quelques petites pauses tout de même durant cette matinée.

Arrivée au Palais vers 13h00. Direction une crêperie immédiatement pour boire une bonne bière et manger des galettes !

Belle-Ile-en-Mer Le Palais

Le GR340 est terminé ! On a réussi à le faire. Un grand bravo à notre maman : après une première journée pleine de doutes, elle a trouvé un bon rythme et a réussi ce beau défi !

Belle-Ile-en-Mer restaurant

On quitte l’île en fin de journée après ce trek magnifique, sous une météo parfaite ! J’avais peur de trouver monotone le fait de marcher le long de la mer en permanence, mais au final j’ai vraiment apprécié cette randonnée, avec de beaux paysages, et en plus de partager ces moments en famille !

Belle-Ile Le Palais

2 commentaires

michel luce · 24 avril 2022 à 12h00

Un grand Bravo à vous tous, en particulier à la jeune retraitée. En plus le temps était de la partie, Formidable !!!
Choumi

Fremaux · 17 mai 2024 à 14h31

Merci beaucoup ca va énormément m’aider ! J’ai hâte !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.