Après la sérénité totale du petit village de Batu Karas, changement de décor et d’ambiance dans la ville de Bandung ! Cette ville est une des principales de Java, avec près de 3 millions d’habitants.

Pas d’air pur à respirer, pas de parc où se promener… Il ne faut pas venir à la recherche de quiétude mais plutôt pour visiter quelques endroits intéressants et rencontrer des locaux curieux !

On croise peu de touristes dans les rues de cette ville, contrairement à Jogja. Pourtant, je l’ai trouvé plutôt agréable pour se balader à la découverte des beaux bâtiments de l’époque coloniale hollandaise.

Paris or not Paname ?

Bandung est surnommée la « Paris de l’Indonésie » en raison de l’architecture et des nombreux lieux branchés pour sortir. Cette mode de toujours surnommer une ville « Paris » dès qu’il y a quelques jolis édifices me fait rigoler ; à croire qu’il n’y aurait qu’à Paris qu’on en trouve ! Mais comme dans 99% des cas, les locaux s’enflamment un peu et Bandung n’a rien à voir avec la capitale française…

Java Bandung

De nombreuses larges avenues sont bordées par les maisons coloniales ou bien par des centres commerciaux, qui poussent comme des champignons par ici.

Bandung est également réputée pour ses restaurants, proposant une cuisine fusion entre la nourriture indonésienne et hollandaise/allemande. J’ai testé mais je ne suis pas convaincu du résultat !

La place principale de la ville est dominée par la grande mosquée et ses deux immenses minarets. C’est un lieu avec une bonne ambiance car de nombreuses familles viennent s’y promener et les enfants jouer sur le grand carré de pelouse de la place.

Java Bandung mosquée

Là encore, qui dit peu de touristes dit forcément des locaux curieux…et donc demandeurs de selfie… Ma vie de star se poursuit !

Independencia

Je suis surtout venu ici pour visiter un musée. Ceux qui aiment l’Histoire ont déjà entendu parler de Bandung, avec la conférence de 1955 qui y avait eu lieu. Cette conférence marqua les bases de la création du Mouvement des Non-Alignés. En pleine Guerre Froide, il était d’usage pour les pays de choisir un bloc ou l’autre. Mais certains pays, anciennement colonisés pour la plupart, ont refusé ce choix et ont préféré la neutralité et l’indépendance. Le Président indonésien de l’époque, le mythique Soekarno, a grandement contribué à la création et au dynamisme du mouvement.

La plupart des pays répondant à l’appel étaient des pays asiatiques et africains. D’ailleurs, l’avenue où a eu lieu de la conférence se nomme désormais l’Avenue Asie-Afrique.

Java Bandung

29 pays avaient participé à la conférence de Bandung (15 d’Asie, 9 du Moyen-Orient, 6 d’Afrique). Plusieurs présidents ont fait le déplacement en personne, certains ayant une grande notoriété à l’époque dans la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme : Soekarno pour l’Indonésie, Nasser pour l’Égypte, Nehru pour l’Inde…

Java Bandung

Aujourd’hui, le mouvement existe toujours et a été élargi à 120 États.

Une visite intéressante pour comprendre mieux la position de l’Indonésie aujourd’hui dans la géopolitique. Malheureusement, le musée est principalement dédié à l’exposition de photos et non à des explications précises…

A part ça à Bandung…

Plusieurs cratères et cascades se trouvent au nord ou sud de la ville. Hélas, les transports publics pour y aller sont une sacrée galère et les tours organisés se font donc plaisir sur les prix. En plus, le tarif des entrées est lui aussi élevé à chaque fois donc ça m’a démotivé rapidement.

Je suis resté en ville du coup, avec beaucoup de petits cafés sympas où il est très facile de rencontrer des jeunes.

Sur conseils d’un de ces jeunes, je me suis rendu à une rue où on trouve quelques petits stands de coiffeurs. Je me suis décidé à tenter le coup, et résultat mitigé ! Le coiffeur ne parlait évidemment pas anglais… Il a compris « cut » mais pas le « but not too short » ! Les prix sont tellement bas que je ne vais pas me plaindre : 90 centimes d’euros pour la coupe de cheveux et massage des épaules et de la nuque !

J’ai passé beaucoup de temps à chiller (version anglaise et classe pour dire glander, se toucher la nouille, faire le gros flemmard etc…). J’en ai profité pour regarder un peu ce qu’il y avait à faire en Malaisie, ma prochaine destination.

Mon auberge était vraiment top donc agréable d’y passer du temps, à l’écart du bruit de la ville. J’y ai rencontré quelques autres voyageurs, notamment deux français.

Bandung by night

On a testé les bars de la rue Braga, la plus animée. Plutôt cool avec de la musique live et une bonne ambiance. Après en avoir fait deux, on en repère un autre avec de nombreux billards à l’intérieur. On y va pour faire quelques parties mais on remarque vite quelque chose d’étrange : aucune femme n’est voilée. Au contraire, elles sont toutes habillées ultra sexy (ce qui est quand même très rare en Indonésie). On a mis les pieds dans un bar à fille… Merde !

Je pensais que ce genre d’endroit n’existait pas en Indonésie, c’est la première fois en deux mois ici que j’en vois un. En partant, on croise un vieux canadien vivant là depuis 3 ans. Il se vante de venir dans ce bar tous les weekends car les filles sont de « bonne qualité et pas chères »… On lui a fait comprendre qu’on ne partageait pas les mêmes valeurs et que nous n’étions pas disposé à lui parler. Le genre de type qui serait mieux six pieds sous terre !

En rentrant à l’auberge, c’est aussi la première fois que je vois en Indonésie autant de personnes sans-abris et mendiant pour survivre. Les grosses villes ont leur lot d’exclus, condamnés à une lutte permanente contre la misère et l’indifférence.

Java Bandung

Changement de pays !

Évidemment, je n’ai pas loupé le match de Coupe du Monde entre mes deux favoris malheureusement : France – Argentine. Je l’ai regardé en compagnie d’indonésiens qui étaient absolument tous pour la France, donc très bonne ambiance. Et désolé pour tous mes amis argentins…!

Je pars le 2 dans l’après-midi de Bandung pour me diriger vers l’aéroport de Jakarta, la capitale du pays que je voulais absolument éviter car tout le monde en dit du mal. J’y passe la nuit ; mon avion étant le 3 à 5h du mat’.

Après deux mois en Indonésie, il est temps de s’envoler vers une nouvelle destination : la Malaisie !

Catégories : Indonésie

2 commentaires

Kuala Lumpur : un voyage entre modernisme et traditions - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 10 h 37 min

[…] un court vol de deux heures depuis Jakarta, j’arrive en territoire malaisien et plus précisément à Kuala Lumpur. Beaucoup de […]

J'ai attrapé la dengue en Malaisie : hospitalisé ! - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 10 h 53 min

[…] possible que ce soit un moustique indonésien, et plus particulièrement un moustique résidant à Bandung, qui m’a contaminé. P’tit enfoiré […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :