Après mon séjour merveilleux et inoubliable au Kurdistan, je reprends la route vers Hamedan, située entre Sanandaj et Téhéran. Ce n’est pas une destination phare de l’Iran mais vu que c’était sur la route, autant s’arrêter !

Hamedan est une ville de taille moyenne située sur une plaine en altitude, plutôt agréable à visiter avec de nombreuses rues piétonnes en centre-ville.

Que la fête commence !

En arrivant, je suis surpris par le nombre de personnes dans la rue. Je m’étais un peu déconnecté au Kurdistan, mais la fête de l’Achoura a commencé et durera jusqu’au 20 septembre. Si on n’est pas au courant, ça peut être flippant : tout le monde habillé en noir, des drapeaux noirs partout… Mais pas de panique, rien à voir avec Daesh ! L’Achoura est la fête la plus importante du calendrier chiite, marquant la mort en martyr de l’Imam Hussein. Mais je reviendrai plus en détails sur cette fête et l’histoire dans le prochain article !

Je me suis baladé la première après-midi dans le centre malgré la foule. Comme tout le temps en Iran, je me fais arrêter toutes les trois minutes par un local curieux qui souhaite savoir d’où je viens et me dit tout simplement « Welcome to Iran ! ».

Je me balade dans le bazar, où les vendeurs de tapis font face aux vendeurs de machines à laver.

Iran Hamedan commerces

A côté du bazar se trouve l’inévitable Mosquée du Vendredi. Elle ressemble aux autres que j’ai vu ailleurs, mais j’apprécie toujours autant l’atmosphère calme qui y règne.

Iran Hamedan Mosquée

Des églises et des mosquées

En fin d’après-midi, je monte à la colline Hegmataneh, où il reste des vestiges de l’Empire Mède (environ 700 avant JC). Hamedan était à l’époque une capitale, avec des remparts immenses. C’est dur de se l’imaginer aujourd’hui à la vue des quelques ruines restantes.

Deux églises ont été construites sur le site il y a quelques siècles : une église arménienne, et une grégorienne. Oui, l’Iran n’est pas un pays peuplé uniquement de musulmans !

Iran Hamedan Hegmataneh

La vue depuis la colline est superbe en cette fin d’après-midi, avec le soleil se couchant sur les montagnes. Les sommets entourent Hamedan, tous enneigés en hiver.

Iran Hamedan Hegmataneh

Je reste une petite heure à contempler le paysage, loin de l’agitation du centre-ville. De mon perchoir, j’entends les chants religieux et la foule. Moment poétique : des oiseaux blancs tournent autour des minarets de la grande mosquée.

Iran Hamedan Mosquée

Ça grimpe (surtout quand on se trompe) !

Je rencontre un allemand à mon hôtel, Sebastian. On a envie de s’échapper de l’agitation et c’est donc logiquement qu’on se prévoit une journée rando dans les montagnes le lendemain.

On prend un taxi pour sortir de la ville et se rendre à Ganjnameh. De là, un sentier grimpe au sommet du Mont Alvand, à 3 580 mètres. Le sentier est plus ou moins clair (plutôt moins que plus)… Sur les trois heures de marche, on a dû suivre le sentier « officiel » seulement dix minutes je crois ! Mais bon, c’était plus aventureux et on s’est retrouvé à faire des acrobaties entre les rochers.

Iran Hamedan Mont Alvand

Un peu d’escalade pour finir afin d’atteindre vraiment la pointe de la montagne. Une pause s’impose en haut avec une vue à 360 degrés vraiment pas mal !

Iran Hamedan Mont Alvand

On voit Hamedan en contrebas, avec son plan d’urbanisme originale.

Iran Hamedan Mont Alvand

On redescend au refuge où se trouvent des télécabines. Il est 14h et le soleil commence à taper fort, donc on fait nos fainéants et monte dans une télécabine !

Une bonne sieste en fin d’après-midi après ces efforts !

Que la fête continue !

Je pars le lendemain midi vers Téhéran. Même si c’est des jours fériés, il y a tellement de bus qu’il n’est absolument pas nécessaire de réserver à l’avance. C’est cool ça en Iran, il n’y a qu’à se pointer à la gare routière, dire à quelqu’un où on va, et on est sûr qu’un bus y part dans la demi-heure.

Hamedan a été une étape agréable à découvrir, avec un petit centre-ville joli et des montagnes superbes aux alentours.


1 commentaire

Le Kurdistan, un trésor caché inestimable - Y a qu'à rêver · 19 décembre 2018 à 11 h 13 min

[…] repasse une nuit dans leur maison avant de partir le lendemain matin vers Hamedan. Je ne sais pas comment leur témoigner de ma gratitude envers eux… C’était tellement […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :