« La splendeur de Persépolis n’est pas la contrepartie accidentelle de la monumentalité et du faste, c’est le produit de la beauté reconnue comme valeur suprême. »

Arthur Upham Pope

Persépolis fait partie des merveilles de ce monde dont rien que le nom est mythique. Cette ancienne cité de l’Empire Perse fait partie des incontournables de tout voyage en Iran. A peine arrivé à Chiraz, je m’y suis rendu sans tarder !

J’y suis allé en compagnie d’un tchèque et d’un anglais rencontrés à mon auberge. On a partagé les coûts et la visite incluant transport + guide nous a coûté 8 euros chacun. Vraiment pas grand chose pour visiter un tel lieu !

Le site se trouve à 50km de Chiraz et il faut environ 45 minutes pour le rejoindre. On est parti dès 8h pour éviter les grosses chaleurs de l’après-midi.

Une guide nous attendait à l’entrée et nous a fait un tour de 1h30 pour nous expliquer les différentes parties et l’histoire.

La visite guidée indispensable

L’entrée est imposante avec deux escaliers de chaque côté que les délégations étrangères et de l’Empire empruntaient.

Iran Persépolis

Persépolis était une capitale de l’Empire achéménide, qui n’est autre que le premier Empire Perse fondé par Cyrus le Grand. La construction a débuté en 500 avant JC sous le règne de Darius 1er.

La grandeur de l’Empire Perse

L’Empire rassemblait de nombreuses nations. En effet, il s’étendait sur l’Iran évidemment, mais aussi l’Irak, la Turquie, l’Inde, l’Afghanistan, le Pakistan, la Syrie, l’Égypte, la Palestine, la Jordanie, le Liban, la Libye, l’Éthiopie, et même une partie de l’Europe de l’Est… Bref, c’était gigantesque !

La construction résulte du mélange du savoir-faire de chaque nations. En conséquence, Persépolis était l’une des splendeurs du monde antique, au même titre que les pyramides de Gizeh par exemple.

Iran Persépolis

Les travailleurs se sont succédé durant deux siècles pour bâtir ce chef d’œuvre, sous le règne de Darius 1er, Xerxès 1er, Artaxerxès 1er et Artaxerxès II. Hélas, ce projet titanesque ne fût jamais terminé entièrement. La faute à Alexandre Le Grand qui s’empara de l’Empire et de la capitale. Il eut la mauvaise idée d’y mettre le feu pour célébrer cette victoire… Il ne reste donc aujourd’hui que des blocs de pierre, mais il est facile de s’imaginer la beauté de Persépolis à l’époque.

Des lunettes 3D permettent de voir le site tel qu’il était avec les nombreuses couleurs et décorations.

Iran Persépolis

Création de l’ONU : pas cons ces Perses !

Après avoir monté l’escalier, la Porte de Xerxès est la première chose qu’on voit. Elle est appelée aussi Porte des Nations, et la guide nous a dit que c’est la première fois au monde qu’un Empire réunissait ainsi les nations pour les décisions importantes. En gros, c’est l’ancêtre de l’ONU !

Iran Persépolis

De beaux palais ont été construits sur l’immense terrasse de 125 000 m². Pour admirer l’étendue du site, il faut monter au tombeau d’Artaxerxès II.

Iran Persépolis

Le Palais le plus important était l’Apadana, où les délégations étrangères étaient reçues. 13 énormes piliers sont encore debout pour témoigner de la grandeur du palais.

Le raffinement de l’art perse

Les bas-reliefs ont été restaurés et sont splendides, autant qu’à Angkor par exemple. Ils représentent les différentes nations de l’Empire, venues témoigner leur respect à l’Empereur.

Iran Persépolis bas-reliefs

Il y avait aussi une volonté que ces nations cohabitent en paix entre elles. D’ailleurs, certains historiens disent que les Perses ont rédigé la première charte des droits de l’Homme.

Par exemple, certaines gravures montrent des membres de l’Empire se témoignant des marques de respect.

Iran Persépolis bas-reliefs

Toutes les inscriptions sur le site sont en trois langues : vieux-persan, babylonien et élamite.

Le Palais Tachara est petit mais est sans doute le mieux préservé.

Iran Persépolis

Les Perses ont accumulé un véritable trésor ici. Pour l’anecdote, Alexandre Le Grand a eu besoin de 100 000 mules et 5 000 chameaux pour transporter les richesses de la cité !

La Nécropole des Rois

Après avoir visité le site pendant 2h30, on part avec notre chauffeur et guide en direction de Naqsh-e Rostam, la nécropole. Quatre immenses tombeaux ont été creusés dans la roche pour les rois Darius 1er, Artaxerxès 1er, Xerxès 1er et Darius II.

Malheureusement, on ne peut pas visiter l’intérieur où se trouvait les chambres funéraires. Conformément aux principes de la religion zoroastrienne, les vautours ont tout mangé pour ne laisser que des os bien propres.

Iran Persépolis Nécropole Tombeaux

Ce type de construction me fait penser à Pétra, en Jordanie, que je vais voir dans quelques semaines. J’ai hâte !

On retourne à Chiraz en début d’après-midi. Ces visites ont été superbes et Persépolis mérite sa réputation. Évidemment, il ne rivalise pas avec Angkor ou le Machu Picchu mais c’est sans conteste un site archéologique exceptionnel.

Catégories : Iran

2 commentaires

Chiraz, entre religion et poésie (et du vin) - Y a qu'à rêver · 10 décembre 2018 à 16 h 53 min

[…] je n’ai pas bu une goutte d’alcool !), mais évidemment pour voir la cité mythique de Persépolis (et il faut bien un article dédié spécialement à ça […]

Les incontournables de l'Iran et mon ressenti - Y a qu'à rêver · 27 décembre 2018 à 15 h 19 min

[…] les conflits. L’Empire Perse était immense et puissant, comme l’illustre la cité de Persépolis, véritable trésor archéologique à proximité de la ville des poètes de Chiraz. Car oui, les […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :