« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. »

Alexandra David-Neel

Les Saraguros sont un peuple indigène vivant à la base sur les bords du lac Titicaca au Pérou. Mais ils ont été chassés par les Incas et les Espagnols. Ils se sont réfugiés dans le sud de l’Équateur, mais ont conservé bon nombre de leurs traditions et cultures.

Dans le bus, une Saragura s’est assise à côté de moi. Étant curieuse, je lui explique un peu mon voyage et lui montre quelques photos. Elle n’est jamais allée dans la plupart des lieux que je lui montre et est contente de voir tout ça.

La dernière demi-heure, le conducteur du bus s’énerve et met les gaz ! Peut-être nous étions en retard… Il conduit comme un cinglé dans les routes de montagnes : virages à fond, dépassements sans visibilité, on se retrouve à doubler des pick-up alors qu’on est en bus… Sacré pilote !

J’irai dormir chez vous

J’arrive tout de même en un seul morceau à Saraguro. C’est un petit village de 4 000 âmes. Je me trouve un petit hôtel mais…il n’y a plus de place. La proprio me propose alors de dormir dans sa maison en face, dans une chambre d’ami. J’accepte et ne paye que 4 dollars la nuit du coup. Parfait ! Pour prendre une douche, je dois traverser la rue et aller dans l’hôtel. La chambre est rustique mais ça me va très bien à ce prix !

Le reste de l’après-midi, je me balade dans le village et vois ce qu’il y a à faire. Les habitants me renseignent tous avec plaisir. Je suis le seul « gringo » de la ville je crois ! Ça fait bizarre après Cuenca, une grande ville avec plein d’étrangers.

Equateur Saraguro
Equateur Saraguro

Le soir au restaurant (pas cher du tout ici d’ailleurs), un jeune de mon âge vient me causer en attendant son plat à emporter. Il avait l’air bien sympathique, mais il devait sortir d’un bon apéro et je ne pigeais absolument rien de ce qu’il me disait (il me parlait de musique je crois). Après tout, il a bien raison, on est samedi soir !

El dia de los ramos

Le lendemain : jour de marché et église ! Tous les habitants de la campagne et des alentours y viennent (sauf le jeune de la veille qui doit décuver je pense), habillés de leurs vêtements traditionnels.

Les femmes portent des chapeaux blancs, de longues jupes, et des colliers de perles appelés chakiras. 

Les hommes portent aussi des chapeaux , des ponchos et pantalons noirs s’arrêtant en-dessous des genoux.

A 10h, ils se rendent tous à l’église. C’est « El dia de los ramos » (jour des bouquets) aujourd’hui. Du coup, ils viennent tous avec des fleurs et plantes. Mais certaines personnes n’ont pas de simples petits bouquets : elles se ramènent avec leurs plantes de 2 mètres de haut !

Equateur Saraguro

Une p’tite rando

Après manger, je me rends aux Baños del Inka. Il faut sortir du village et marcher 30 minutes. C’est un ensemble de petites grottes et de cascades.

Je ne croise que des locaux. Sur le chemin du retour d’ailleurs, je croise quelques locaux qui rentrent chez eux après le marché. Il y en a un qui porte une grande croix violette et ils chantent tous un chant religieux (enfin, j’imagine que c’est religieux…).

Equateur Saraguro

Je reste passer la soirée et la nuit ici avant de partir demain midi vers Loja, toujours plus au Sud.

Ce n’est pas un village qui fait office d’attraction touristique ici (contrairement à Baños par exemple). C’est moins joli que d’autres endroits d’Équateur mais les traditions et la culture des habitants ont été conservées, ce qui fait le charme de ce lieu. Les habitants sont très gentils, j’ai eu l’occasion de parler avec quelques-uns et ça a toujours été très intéressant de découvrir leur mode de vie.


2 commentaires

Explorer Ingapirca et le Parc Cajas depuis la belle Cuenca- Y a qu'à rêver · 26 décembre 2018 à 15 h 59 min

[…] direction Saraguro, petit village ayant conservé ses traditions et […]

Visiter la ville de Loja et randonner au parc Podocarpus - Y a qu'à rêver · 26 décembre 2018 à 16 h 21 min

[…] le petit village de Saraguro, direction Loja, capitale de la province qui porte le même nom. Je trouve un petit hôtel […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :