« Il n’y pas de chemin qui mène au bonheur, le bonheur est le chemin »

Bouddha

J’aurai passé deux mois, jour pour jour (pas fait exprès) dans ce petit pays. Je pensais que ce serai plus rapide mais il y a tellement de choses à voir ici. Et je n’ai fait que les Andes et les Galápagos, pas la partie Amazonienne (je la ferai au Pérou) ni la côte !

Des villes et des pars naturels

Il y a des endroits magnifiques ici, avec des gens souriants et attachants… J’ai vraiment apprécié voyager dans ce pays. C’est un mélange de jolies villes (Cuenca, Quito…) et de parcs naturels (Cajas, Podocarpus…). Les îles Galápagos ont été une étape extraordinaire, plus beau que tout ce que je pouvais imaginer. Je ne regrette pas d’avoir mis le prix pour réaliser ce rêve.

La gentillesse des Équatoriens

J’ai rencontré beaucoup d’habitants très gentils et intéressants. Partager leur culture et échanger avec eux aura été très enrichissant pour moi. J’ai fait la connaissance de beaucoup de routards venant du monde entier aussi, avec qui j’ai partagé de bons moments ! Bref, deux mois extraordinaires !

Un système social très développé

L’Équateur est un pays bien plus développé que je ne le pensais. Il y a des routes en bon état, un système de santé extraordinaire : des hôpitaux partout, y compris dans les petits villages ; tout est gratuit (analyses, consultations, médicaments…). L’éducation est gratuite également. Tout ça depuis l’élection du président Correa. Le pays se développe à une vitesse hallucinante grâce à l’argent du pétrole. Ce secteur a été nationalisé par l’État et les bénéfices servent majoritairement à financer les actions sociales. Ils ont compris ce qu’il fallait faire, au lieu de privatiser toutes les entreprises comme en France… Ils sont donc dans la bonne voie, même si on voit encore une grande pauvreté dans certains endroits.

Revers de la médaille

Mais le pétrole pose aussi des problèmes, notamment au niveau environnemental et pour les populations indigènes vivant dans l’Amazonie. D’énormes pollutions ont eu lieu, notamment provoquées par la compagnie US Chevron. L’État Équatorien avait alors porté plainte et récupéré plusieurs milliards de dollars.

De grosses réserves sont encore présentes en Amazonie. Correa, en échange de ne pas y toucher, avait demandé l’équivalent de 70 % de la valeur des réserves à la communauté internationale. Celle-ci a refusé… Cet argent est vital pour l’Équateur, et il va être difficile de ne pas puiser dans ces réserves d’or noir.

On voit que le problème environnemental est primordial pour la communauté internationale… Quand il faut se réunir dans les grandes villes de ce monde pour signer des engagements qui ne seront pas respectés, ils sont tous là à se serrer la main sur les photos ; mais quand il faut agir pour préserver la forêt amazonienne par exemple (qui est indispensable pour la survie de la planète) il n’y a plus personne !

Comme disait l’ancien président Vénézuélien Hugo Chavez : « Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé » !

On verra dans les années futures l’évolution de tout ça…

Direction le Pérou !

Maintenant l’aventure se poursuit dans un autre pays qui me fait rêver : le Pérou ! Ces deux mois en Équateur sont passés super vite, et s’il me faut 2 mois pour visiter ce petit pays, combien de temps pour le Pérou ou l’Argentine par exemple ?!

Hasta pronto Ecuador !

Equateur Mitad del Mundo
Catégories : Equateur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :