Après le petit village de Saraguro, direction Loja, capitale de la province qui porte le même nom. Je trouve un petit hôtel pas cher en centre-ville à 6 dollars la nuit. Il n’est pas top mais à ce prix là, je me contente juste de draps et salle de bain un minimum propre.

Ma chambre fait un peu hôpital psychiatrique : murs blancs sans fenêtre et un lit en fer qui grince dès que je bouge un peu. Mais l’avantage, c’est que je n’entends pas le bruit de la grande rue et qu’ainsi je peux dormir sans problème !

Visite de la ville

La centre ville de Loja n’est pas très grand ; tout peut se visiter à pied. Il y a une rue un peu bohémienne, la Calle Lourdes, qui n’a pas changé d’aspect depuis des centaines d’années, où se regroupent de petits magasins d’artisans. Les maisons sont de toutes les couleurs. C’est agréable d’y flâner et de parler avec ces artisans.

Equateur Loja Calle Lourdes

Je vais ensuite au Museo de la Musica. De grands musiciens, les plus célèbres du pays, sont nés ou ont vécu à Loja. La ville est d’ailleurs reconnue pour sa richesse culturelle. Du coup, il y a un petit musée gratuit qui présente ces musiciens et où sont exposés de vieux instruments.

Je passe le reste de la journée à me balader sur les différentes grandes places de la ville. C’est vraiment une ville agréable pour marcher (pas trop de circulation, des places et parcs un peu partout pour se poser…).

L’endroit que j’ai préféré, c’est la Puerta de la Ciudad : une petite forteresse par où l’accès en centre-ville se fait. A l’intérieur, il y a un musée avec des objets de la préhistoire, des peintures… Et surtout, d’en haut, il y a une belle vue sur la ville. On peut voir aussi, sur un mur en face, 2 immenses peintures représentant Simon Bolivar, El Libertador.

Vamos Argentina !

Le soir, à l’hôtel, je rencontre une française et une québécoise. J’ai un gros problème de mémoire pour les prénoms (je rencontre trop de personnes par jour aussi !) et je ne m’en rappelle déjà plus, mais elles étaient super sympas. Le soir là, c’était jour de foot : Équateur – Argentine en amical. On est allé le voir dans un bar. L’Équateur a perdu 2-1 mais c’était cool quand même (j’étais pour l’Argentine de toute façon, même si j’ai évité de le crier dans le bar !).

Le lendemain, 1er avril : 2 mois de voyage aujourd’hui déjà !

Le parc Podocarpus

Debout à 7 heures pour aller faire un petit trek dans le parc national Podocarpus. Le taxi pour aller au poste de contrôle du parc coûte 5 dollars, mais moi je veux qui m’amène 8,5 km plus loin, jusqu’au refuge d’où partent les sentiers. Il accepte de m’y amener pour quelques dollars de plus.

Mais après le poste de contrôle, le chemin est vraiment pourri. Je finis à pied jusqu’au refuge et entre temps, il s’est mis à pleuvoir des cordes. Je cause avec le gars qui surveille l’endroit (il doit bien se faire chier d’ailleurs parce qu’il n’y a pas grand monde dans le coin !). Quand le temps se calme un peu, je me décide à commencer le trek tout seul (j’avais pris une carte du parc au ministère de l’environnement avant de venir). Je fais un circuit qui m’amène jusqu’à un mirador qui me permet de voir une partie du parc.

Equateur Loja Parc Podocarpus

Le parc est surtout connu pour sa biodiversité. Mais il est tellement immense qu’il est impossible de voir des animaux à part des oiseaux. Je croise d’ailleurs un homme qui travaille pour le ministère de l’environnement. Il fait des photos des oiseaux pour recenser les espèces. On parle un peu et en 15 ans de métier, il n’a vu que 2 fois un ours à lunette et une fois un puma. Autant dire que je n’ai aucune chance d’en voir… A vrai dire tant mieux, parce que me retrouver nez a nez avec un ours à lunette, ça ne m’enchante pas vraiment…même si cette espèce d’ours est principalement végétarien.

Equateur Loja Parc Podocarpus

Je redescends au poste de contrôle en marchant (8,5 km). En tout, j’aurais fait 14 km. On m’informe qu’il y a des bus qui passent régulièrement devant le poste pour rentrer à Loja. J’attends 20 minutes et en prends un.

C’est un joli parc, même si j’ai préféré le parc Cajas à Cuenca par exemple. Ce n’est pas du tout le même paysage, mais c’était quand même agréable de faire ce petit trek.

Equateur Loja Parc Podocarpus

Direction la côte !

Le dernier jour, rien de spécial à signaler ! Debout à 10h, petit-déj dans un café en lisant le journal. Tranquille ce matin !

Pour la première fois de mon voyage, je vais acheter mon billet de bus pour le soir en avance (je n’avais que ça à foutre !). J’ai eu une bonne intuition ! Sur les 5 bus qui partent après 21h, il reste une dizaine de places dans un seul bus. Juste a temps !

Le soir, je mange dans un petit restaurant avec 2 argentins qui remontent jusqu’au Mexique après. Mais je ne tarde pas trop, mon bus vers Guayaquil étant à 21h45 ! Direction la côte, le soleil et la chaleur ! Et surtout les Galápagos dans quelques jours !

Catégories : Equateur

2 commentaires

Découvrir la grande ville de Guayaquil en Equateur - Y a qu'à rêver · 27 décembre 2018 à 17 h 37 min

[…] trajet en bus pour venir depuis Loja ne s’est pas passé comme prévu… Dans le fond du bus, il y avait une quinzaine de […]

La culture et les traditions du petit village de Saraguro - Y a qu'à rêver · 29 décembre 2018 à 15 h 14 min

[…] reste passer la soirée et la nuit ici avant de partir demain midi vers Loja, toujours plus au […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :