« Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage ! »

Proverbe persan

Les montagnes d’Alamut m’ont fait le plus grand bien et c’est avec excitation que je me dirige désormais vers la fournaise du centre de l’Iran. Il s’agit de la partie la plus visitée du pays car c’est là qu’on trouve les plus belles villes et des paysages incroyables ! Direction la ville de Kashan en premier !

Un long trajet depuis Alamut m’y a emmené : 2h de savari, 2h de bus, 30 minutes de métro à Téhéran, et enfin 3 heures de bus…

Au moins, ce long trajet s’est bien enchaîné en une journée. Mon auberge à Kashan est superbe dans une vielle maison en pisé. Parfait pour se reposer un peu (mais vraiment qu’un peu vous allez voir !).

Un vendredi qui commence tranquillement

Kashan est une ville de taille moyenne. C’est donc plus agréable à visiter que des villes tentaculaires comme Téhéran.

Dès le premier matin au petit-déj’, je rencontre Simon et Johann, deux français en vacances. On sympathise rapidement et c’est sans hésité que je me joins à leur programme des jours suivants.

Je pars d’abord visiter seul le Bazar de la ville. Mais surprise : tout est fermé…. Ah oui, le weekend en Iran est le jeudi et vendredi ! Tant pis, je déambule tout de même parmi les belles allées où une poignée de magasins sont ouverts.

Iran Kashan Bazar

Je ressors du bazar auprès de la mosquée Agha Bozorg, la principale de la ville. On peut visiter l’intérieur et admirer la belle architecture de ce bâtiment religieux.

Iran Kashan Mosquée

Certains quartiers de Kashan ressemblent à un grand labyrinthe. Je me perds volontiers dans les petites ruelles de la ville, entourées de maisons en pisé. Cette ville est plus conservative que Téhéran et je croise beaucoup de femmes avec le grand tchador noir.

Le savoir-vivre iranien…

Ça n’empêche pas les habitants d’être toujours autant aimables. En Iran, la politesse est une reine et les locaux en prennent soin. Il n’est pas rare qu’un adulte, avant de débuter une conversation, me demande comment va ma famille.

Aussi, le principe de ta’arof est scrupuleusement respecté. C’est une sorte de jeu non-dit mélangeant politesse et courtoisie. Par exemple, si un iranien vous propose quelque chose à manger, il convient de refuser à ses deux premières invitations. S’il insiste une troisième fois, ça signifie qu’il tient vraiment à vous l’offrir. En revanche, s’il ne propose pas une troisième fois, il faut comprendre qu’il vous proposait ça par courtoisie et n’avait pas vraiment l’intention de vous offrir quelque chose ou de vous inviter. C’est un principe que j’aime bien et assez marrant en pratique.

Des joyaux cachés à l’abri des regards

Je rejoins les deux autres français à midi pour parcourir le reste de la ville ensemble et visiter les vieilles maisons patriciennes. Ces maisons, nombreuses à Kashan, ont été construites par de riches négociants et vendeurs de tapis au 19ème siècle. De l’extérieur, elles ne paient pas de mine et on y accède par un petit couloir sans prétention.

Mais une fois à l’intérieur, c’est une tout autre histoire ! On visite en premier la maison Tabatabaei. Elle est immense avec pas moins de 4 700 m² et une quarantaine de pièces.

Iran Kashan maisons

L’intérieur est bien décoré également avec de belles gravures et coupoles. La famille y vivait bien avec de nombreux servants. C’est tout de même surprenant et rare de vivre dans un tel luxe sans chercher à l’afficher à l’extérieur.

Iran Kashan maisons

Une autre maison connue de ce genre est l’Abbiasan, datant de la même époque. Elle est plus petite mais encore plus belle à mon sens avec de grandes façades

Iran Kashan maisons
Iran Kashan maisons

Dans le même secteur de la ville se situe le hammam Sultan Mir Ahmad. Il date du 16ème siècle mais n’est plus utilisé comme bain public malheureusement. Il se visite tout de même pour découvrir comment ça fonctionnait. L’intérêt est surtout de pouvoir monter sur le toit et d’avoir une belle vue sur une multitude de coupoles et minarets.

Iran Kashan hammam

Encore une mosquée et changement de décor !

Une grande mosquée se trouve à la sortie de la ville également. De nombreuses photos des jeunes martyrs de la guerre Iran-Irak sont exposées sur la place adjacente. On retrouve ces photos partout dans le pays, à chaque entrée de villages ou villes. Le deuil n’est peut-être pas encore fait ; le gouvernement cherche sûrement à jouer sur la corde patriotique pour éteindre les colères.

Iran Kashan Mosquée

On a visité les principaux endroits de la ville en une journée. En fin d’après-midi, un couple de français nous rejoint (oui il n’y a que des français en Iran !). Direction le désert et ensuite la route vers Ispahan !

Catégories : Iran

2 commentaires

Dasht-e Kavir et Abyaneh - 30 et 31/08/2018 - Y a qu'à rêver · 10 décembre 2018 à 14 h 09 min

[…] une visite rapide de Kashan, on part avec une belle équipe en 4×4 dans le désert Dasht-e Kavir, l’un des plus […]

Les incontournables de l'Iran et mon ressenti - Y a qu'à rêver · 10 décembre 2018 à 19 h 06 min

[…] je n’aime pas ces deux mots employés à tort et à travers par les médias). Par exemple, à Kashan, située à seulement 2 heures de Téhéran, les femmes portent majoritairement les grands tchadors […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :