« Le voyage n’est pas le plus important, la destination on s’en contrefout. Ce qui compte, c’est de rester en mouvement. Quand on s’arrête, on coule, on étouffe. C’est notre petit côté requin. »

Sarah Gysler dans le livre « Petite »

Après un début de vacances très sportif dans les Alpes (tour des Aiguilles Rouges et tour des Fiz), j’ai décidé de me reposer de repartir pour une petite aventure, mais cette fois-ci du côté de la Bretagne : un road trip à vélo de 3 jours !

Retour à ma terre natale donc pour ma dernière semaine de vacances cet été. Ma première idée était de faire une partie du GR34 à pied (une toute petite, celui-ci étant immense). Mais après quelques recherches, il s’avère que le GR34 en plein mois de juillet n’est pas terrible : beaucoup de monde, donc plus difficile de trouver un coin de bivouac adapté, la chaleur etc… Je me réserve cette idée pour les beaux jours hors saison !

Une autre idée me vient alors : partir en vélo ! Je n’ai jamais fait de petite virée en vélo, mais ça m’attire beaucoup. La Bretagne est une région superbe pour ça en plus avec de nombreux circuits n’empruntant que des pistes cyclables.

Envoi d’un texto à mon cousin pour lui proposer de se joindre à moi. Réponse positive dans les 5 minutes, donc c’est parti !

Pour éviter la foule sur la côte bretonne, on va faire un circuit en boucle dans les terres au départ de Saint-Méen-le-Grand (35). On règle les quelques impératifs logistiques : je continue de piquer la voiture de mon père pour utiliser le porte-vélo, je lui pique en plus son VTC et les sacoches de vélo de ma mère. C’est pratique, je fais des activités pour pas cher à force de tout emprunter ! Merci !

Jour 1 : Saint-Méen-le-Grand – Ploërmel – Josselin – Rohan (82 km)

Cette vidéo provient de l’application Relive qu’Antoine utilise pour ses sorties VTT. Le rendu est bien et résume l’étape du jour (comme le Tour de France). Son correcteur automatique de téléphone a modifié « road trip » en « rond trip », mais on trouve ça plus adapté car on n’a pas emprunté beaucoup de routes et qu’on fait une boucle durant ces 3 jours !

On part vers 8h15 de Rennes pour commencer à pédaler une heure plus tard après avoir garé la voiture près du cimetière.

Notre périple commence par suivre une partie de la vélo 3, reliant Saint-Malo (35) à Rhuys (56).

velo 3 bretagne

On quitte très rapidement la route après Saint-Méen pour suivre une ancienne voie ferrée, reconvertie en piste cyclable. C’est très roulant, aucune difficulté, à l’ombre… Un début facile !

Les quelques villages traversés ne sont pas très vivants, surtout à cette période de l’année avec les vacances. Bref, on croise peu de monde mais ça nous va bien !

velo 3 bretagne
velo 3 bretagne

Après une quarantaine de kilomètres, on arrive au lac du Duc, à Ploërmel (56). On le longe jusqu’à arriver à son extrémité sud. Petite pause pour profiter de l’endroit !

A cet endroit, il y a deux possibilités :

  • continuer sur la Vélo 3 jusqu’à Rhuys, mais ça oblige à faire un A/R. Et passer 3 jours à pédaler en A/R ne nous motivait pas du tout.
  • rejoindre Josselin pour récupérer la mythique Vélodyssée : l’option qu’on a retenue !

De Ploërmel à Josselin, il n’y a malheureusement pas de pistes cyclables. On a donc fait une dizaine de kilomètres de route en plein cagnard. Pas super agréable, surtout qu’on longeait la 4 voies.

La bonne idée qu’on a eu, c’est de ne pas faire la pause bouffe du midi à Ploërmel mais plutôt de la faire à Josselin. Le plus dur serait ainsi fait et on voulait pédaler le plus possible le matin pour éviter la chaleur de l’après-midi (et oui, on est en Bretagne mais il a fait chaud je vous jure !).

Josselin est un village super mignon en plus avec un château, un vieux centre avec des maisons à colombages, des parcs… C’est agréable de s’y promener.

velodyssee josselin chateau
velodyssee josselin

On emprunte donc la Vélodyssée après avoir mangé un sandwich (et bu une bière au passage quand même). Cette piste cyclable rejoint Roscoff (côte nord de la Bretagne) jusqu’à Saint-Jean-de-Luz au Pays Basque ! Soit un parcours de 1 200 km en longeant la façade Atlantique, rien que ça !

Nous n’avons donc emprunté qu’une infime partie de ce tracé mais c’était chouette !

Le tronçon emprunté suivait l’Oust, avec 50 écluses passées en une après-midi ! Certaines écluses sont inhabitées et pas trop entretenues, mais d’autres sont magnifiquement décorées avec beaucoup de fleurs…

velodyssee ecluse
velodyssee ecluse
velodyssee ecluse

L’occasion également de parler avec les éclusiers. Vu qu’il y a des écluses parfois très rapprochées, ils se déplacent en vélo électrique d’une à l’autre en fonction des arrivées des bateaux. Pas de système électrique par contre sur ces écluses, donc faut tourner les manivelles ! Heureusement, y a pas à forcer, ça se fait facilement (on a vérifié !).

On a vu peu de bateaux, et je comprends pourquoi : ça doit être sympa la première heure mais super chiant après ! Il faut compter 15 minutes pour passer une écluse (faites le calcul déjà du temps qu’il faut pour passer les 50 qu’on a traversé en une après-midi…), et la vitesse est limitée à 8 km/h ensuite. Ils ont le temps de voir le paysage c’est sûr, mais ça doit finir par être monotone quand même. Je préfère le vélo !

velodyssee ecluse
velodyssee ecluse

Vu qu’on avait fait une bonne partie de notre parcours le matin, on a le temps l’après-midi de faire de nombreuses pauses le long de la rivière. Le parcours est vraiment agréable à suivre : là encore c’est roulant et pas de difficulté. Par contre, il y a plus de monde car c’est un coin de la Bretagne assez visité. Normal vu les paysages sympas : rivière, belle campagne…

velodyssee oust
velodyssee bretagne rohan
velodyssee roulotte

On arrive vers 16h au petit village de Rohan. Chevaliers du Rohan, pour sauver Minas Tirith ! (désolé j’étais obligé de la faire, je suis un fan du Seigneur des Anneaux…).

Bon Rohan en vrai, ou Rohan dans le Seigneur des Anneaux, c’est pas le même délire. Mais c’est très joli le Rohan en vrai !

velodyssee rohan

On a réservé une chambre dans une maison d’hôtes, Caux-Breizh au hameau de Saint Samson, juste après Rohan.

Après la douche et un peu de repos, on retourne à Rohan, situé à 2km. La proprio de notre chambre d’hôtes nous a recommandé le bar Le Cheval Blanc, tenu par des jeunes du coin.

velodyssee bar rohan chevalier blanc

Après l’effort, le réconfort. On discute avec la proprio et quelques jeunes du coin. Mais on a réservé un resto à 20h donc on file. Pas trop le choix pour manger ici un mardi soir : il n’y a que la pizzeria d’ouverte, mais c’est pas mauvais et c’est au bord de l’eau donc cool !

On retourne au bar après mangé. Grosse erreur… La bière laisse place au rhum coca ! On sympathise bien, on cause, on rigole… A 1h du mat’, on nous propose de venir finir la soirée chez l’un d’eux. Mais ça sent le traquenard à plein nez, et si on y va, on va se coucher à 5h du mat’ avec 3 grammes dans chaque sacoches. Il nous reste un peu de lucidité donc on refuse l’invitation et on rentre se coucher !

velodyssee bar rohan chevalier blanc
Jour 2 : Rohan – Pontivy – Lac de Guerlédan (45 km)

Deuxième jour du rond trip, et c’est dur après la soirée de la veille ! Je me fais plus tout jeune, et j’encaisse moins bien qu’avant les soirées arrosées !

On part tout de même assez tôt, vers 9h30 car les prévisions météos annoncent une chaude journée. On continue de longer l’Oust jusqu’à Pontivy, avec une trentaine d’écluses en 15 km !

velodyssee

Après Pontivy, la Vélodyssée suit le Blavet pour remonter jusqu’au lac de Guerlédan, que l’on atteint vers 13h.

Ce lac est le plus grand de Bretagne, créé suite à la construction d’un barrage. On est en plein centre Bretagne et ça grimpe pas mal par ici ! Peu de gens le savent mais il y a 300 millions d’années, les Monts d’Arrée culminaient à 3 000 mètres d’altitude ! Bon aujourd’hui, rangez vos skis et vos piolets d’alpinisme, ce ne sont plus que des collines mais c’est joli quand même !

On file à l’Anse de Landroanec où il y a une plage propice à la baignade, et une crêperie avec de bonnes galettes. Je ne résiste pas à une bonne sieste à l’ombre après, suivie d’une baignade rafraîchissante.

velodyssee lac guerledan
velodyssee lac guerledan

On a réservé une belle chambre d’hôtes en pleine campagne, au lieu-dit de Trevejean. Pour y aller, on peut passer par Mur-de-Bretagne (qui ne pourrait pas mieux porter son nom…), ou bien par un chemin le long du lac d’après mon application Maps.me. Cette seconde option a l’air plus sympa.

A partir de la moitié du chemin, ça devient carrément impossible en vélo le long du lac : on est obligé de les porter très souvent à cause de descentes ou montées avec de gros rochers… J’en ai bien chié avec le poids du vélo et des sacoches !

velodyssee lac guerledan

On arrive finalement juste au-dessus du barrage, et on redescend ensuite à son pied, en portant les vélos sur l’épaule la plupart du temps. Nous qui pensions prendre un raccourci, on a dû mettre au moins deux fois plus de temps que par la route !

velodyssee barrage guerledan
velodyssee barrage guerledan

Une grosse montée sur la route pour finir et on arrive à notre étape du soir. La chambre d’hôtes est super belle et confortable avec de belles chambres et un grand jardin. Les proprios sont des anglais installés ici depuis deux ans, mais ils ne parlent presque pas français.

Le soir, pas le choix que de reprendre les vélos pour aller manger dans un resto à Mur-de-Bretagne. Ce n’est que 6 km A/R mais par ici, c’est vite fatigant !

Je ne fais pas long feu après la soirée de la veille et la journée de vélo. A 22h30, je dormais !

Jour 3 : Lac de Guerlédan – Loudéac – Merdrignac – Saint-Méen-le-Grand (79 km)

On quitte la Vélodyssée aujourd’hui pour récupérer la Vélo 6 qui passe par Mur-de-Bretagne. La Vélo 6 relie Saint-Méen à Carhaix ; on en fera donc la moitié pour la dernière étape de notre road trip en Bretagne.

Comme pour la Vélo 3 de la première journée, c’est une ancienne voie ferrée. Il y a encore les anciennes gares dans les petits villages traversés.

Velo 6 bretagne gare

Après avoir passé Loudéac, c’est vraiment la pleine campagne jusqu’à Merdrignac. Pendant 35 km, pas un seul vrai village ! Que des petits hameaux sans aucun commerce. La vie doit être très tranquille par ici, mais faut pas oublier quelque chose quand on va au course à l’une des « villes » du coin. On a même été obligé de demander à des gens dans leur jardin de nous remplir nos gourdes car on avait plus d’eau et rien pour les remplir.

Cette étape a été assez fatigante car sans arrêt en faux plat montant ou descendant. Mais quand on sait que c’est la fin, on se motive et on a eu un bon rythme.

On fait la pause sandwich à Merdrignac. Alors que je marchais près de mon vélo pour rejoindre un banc devant la boulangerie, paf : on entend mon pneu arrière se dégonfler… On a roulé 200 km sans problème, et là 10 mètres sur un trottoir et c’est la crevaison !

On entreprend de changer la chambre à air : celle de rechange que j’ai pris n’est pas la bonne, la valve ne passe pas… Tant pis, on va mettre une rustine : la colle que j’avais était toute sèche et ne collait rien du tout. La poisse !

Heureusement, j’ai crevé à Merdrignac, qui avec ses 3 000 habitants fait figure de mégalopole par ici. J’emprunte le vélo de Tonio pour aller au Super U acheter le nécessaire. Encore pas de chance, ils n’ont pas la chambre à air qu’il me faut (ils en avaient plein, mais la seule référence absente du rayon était celle qu’il me fallait !). J’achète de la colle et des rustines. On a enfin pu réparer et repartir, après 2 heures de pause du coup !

Velo 6 bretagne merdrignac

Après ça, le temps se gâte avec le soleil qui disparaît et des gouttes de pluie qui se font sentir. On a pédalé à un très bon rythme pour rejoindre Saint-Méen-le-Grand où on est arrivé vers 16h.

Retour à la voiture et fin de notre road trip à vélo en Bretagne !

Après 3 jours de vélo, j’ai mal au cul mais c’était vraiment cool ! A refaire !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :