« Si tu te souviens bien, il existe cinq bonnes raisons de boire : l’arrivée d’un hôte, la soif présente et à venir, le bon goût du vin et n’importe quelle autre raison. »  

Proverbe Latin

Mendoza ou la région des vins Argentins par excellence ! Une bonne raison de venir ici !

C’est la basse saison touristique en ce moment dans ce coin. Je n’ai donc pas eu de mal à me trouver un petit hôtel et négocier le prix bien comme il faut.

La ville de Mendoza n’a rien de fabuleuse (comme toutes les villes d’Argentine j’ai l’impression). Elle a été complètement détruite par un énorme tremblement de terre fin des années 1800 et ensuite ravagée par un immense incendie (pas de bol quand même…). Du coup, il ne reste plus aucun beau bâtiment de la période coloniale.

Ils ont reconstruit la ville avec des immeubles très bas (mieux que les immenses tours en cas de séisme…), des avenues larges, et plein de grandes places (servant de point de regroupement en cas de tremblement de terre). Du coup, rien de merveilleux mais il est quand même agréable de s’y promener et de découvrir toutes ces places avec de la verdure, des fontaines…

La route des viiiiins !

J’ai fait comme tous les routards venant ici : la route des vins ! Je n’ai rencontré personne à mon hôtel pour la faire, et comme je n’avais pas envie d’attendre, j’y suis parti seul, comme un ivrogne !

Bus urbain pour sortir de la ville, location d’un vélo pour la journée et c’est parti ! Le gars de la location de vélo m’a filé un bon plan. Je suis allé dans un bar à vin et dégustation de 5 vins différents + une bouteille offerte pour 40 pesos (diviser par 15 pour le prix en euros). Et les verres de dégustation ici, c’est des verres normaux en fait ! Ce n’est pas que 2 gorgées… Dès 11h30, ça cogne dur ! Le gars du bar à vin était super sympa, et il passait… la Rue Kétanou en musique ! On a beaucoup causé, et il m’a même fait goûté un 6ème vin parce qu’il le trouvait super bon. Sympa !

Argentine Mendoza vin

Je remonte sur mon vélo, et m’arrête manger un sandwich (autrement je ne suis pas sûr de pouvoir faire du vélo toute la journée…).

Je me rends à un vignoble et y rencontre 2 anglais également en vélo. On visite le vignoble et les installations pour produire le vin. Mais les prix pour déguster sont très élevés. Du coup, pas de verre ici !

On décide donc d’aller visiter les petits vignobles, les petites productions familiales et locales.

Saber beber est saber vivir

Les + marquants :

Bodega Tempus Alba : vignoble que l’on visite et déguste trois vins différents.

Argentine Mendoza vin
Argentine Mendoza vin

Bodega Artesanal Vina El Cerno : vignoble vraiment petit qui produit du vin bio. C’est vraiment à l’ancienne et les gens sont super sympas et expliquent tout avec plaisir. On y déguste deux verres et même un troisième pour finir la bouteille. J’ai particulièrement aimé la devise de la maison : « Savoir boire, c’est savoir vivre ». Tout simplement !

Argentine Mendoza vin

On reprend le bus vers 16h pour rentrer à Mendoza. Petite sieste bienvenue après tous ces verres !

C’était assez rigolo mais ce qui est dommage, c’est que la ville s’est beaucoup étendue. Niveau paysage et tranquillité, ça n’a rien à voir avec les vignobles en France. Ici, il y a des grandes avenues, beaucoup de circulations avec des camions, les vignobles sont juste à côté d’entreprises industrielles… Bref, faut venir juste pour goûter des vins sans espérer faire une petite balade en vélo dans la campagne !

Argentine Mendoza vin

Le colosse de l’Amérique

Autre chose à faire dans la région de Mendoza : une rando autour de l’Aconcagua ou même son ascension. L’Aconcagua ? Le « Colosse de l’Amérique », le roi des Andes… La montagne la plus haute au monde hors Himalaya. Bref, quelque chose de mythique pour les alpinistes, culminant quasiment à 7 000 mètres d’altitude (6 962 pour être précis).

Mais actuellement, le parc national qui l’entoure est fermé pour cause de mauvaises conditions météorologiques (beaucoup de neige) et donc son ascension est strictement interdite… Dommage. J’aurai rêvé me mesurer à ce défi ! C’est entre 10 et 14 jours pour atteindre le sommet et redescendre.

Mais bon, j’irai un jour au Népal pour tenter l’ascension des montagnes les plus hautes au monde… Patience !

La route des Andes

Je voulais quand même le voir, et ça tombe bien puisqu’il se situe juste sur la Route des Andes qui va à Santiago de Chile, ma prochaine destination ! Route qui est juste splendide…

Argentine Mendoza routes des Andes

On a aperçu l’Aconcagua de très loin comme vous pouvez l’imaginer, mais hélas on le voyait mal à cause des nuages.

Mais il y a plein d’autres montagnes culminant à plus de 5 ou 6 000 mètres.

Argentine Mendoza routes des Andes

Sur la route, il y a plusieurs endroits à voir, comme le cimetière des Andinistes (alpinistes des Andes) où reposent des Hommes décédés durant l’ascension de l’Aconcagua.

Le passage de la frontière est super haute en altitude. A tel point que le bus passe près de la neige et de…stations de ski !

Argentine Mendoza routes des Andes

Et quel bordel encore pour aller au Chili… La frontière était fermée la veille à cause de la neige. Le matin où je suis parti, ce n’était pas sûr qu’elle ouvre encore. Finalement si, mais du coup, tous les bus qui ne sont pas partis la veille + les voitures + les camions sont arrivés en même temps… Incroyable le monde qu’il y avait ! Comme la douane chilienne est super longue puisqu’elle contrôle tous les sacs minutieusement, on a passé 4h30 à la frontière ! 10h30 de bus pour un trajet qui normalement dure 6h30 (en théorie…).

Une fois passé la frontière, route assez impressionnante pour aller en direction de Santiago de Chile ! Dans ces moments là, avoir une moto me démange vraiment…

Chili Route des Andes Frontière Mendoza à Santiago

Bref, me voila désormais de nouveau au Chili, dans la capitale !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :