« Pour bien aimer un pays il faut le manger, le boire et l’entendre chanter. » Michel Déon

Comme d’habitude maintenant lorsque je quitte un pays, le petit article pour dire ce que j’en pense !

Mais pour l’Argentine, ça va plus ressembler à une déclaration d’amour… Je pourrais en parler des heures de ce pays. J’ai l’impression de si bien le connaitre, comme si j’y avais vécu très longtemps.

Argentine Ushuaïa drapeau argentin

J’y suis pourtant resté « que » 46 jours. Ce n’est pas beaucoup pour un si grand pays. Le coût de la vie en Patagonie m’a fait avancer plus vite que prévu. Mais j’ai profité de chaque instant.

Des paysages de dingue

Comme tous les pays où j’ai voyagé pour le moment, l’Argentine offre des paysages incroyables, parmi les plus beaux de ce continent. Notamment le Nord (la région de Salta), les chutes d’Iguazu, et surtout la Patagonie (glacier Perito Moreno, Mont Fitz-Roy, Bariloche…). Ça a été un régal de barouder à travers ces régions.

La magie de Buenos Aires

Niveau ville, ce n’est pas ici qu’on trouvera les plus belles du continent. Pas de belles villes coloniales (faut dire aussi que les tremblements de terres ont vite eu raison des beaux édifices…). Mais des villes agréables à vivre, comme Cordoba par exemple. Ou Buenos Aires et sa frénésie. Cette capitale, monstrueusement grande et tentaculaire, m’a impressionné et ensorcelé. Démesurée, comme la passion des Argentins pour le foot ! Et moi qui suis devenu un hincha (supporter) de Boca Juniors durant ce voyage !

Un pays fait pour moi

Mais ce n’est pas seulement ça qui m’a fait aimer ce pays. Je suis tombé amoureux de ces gens, de ses traditions…

Certes, le dépaysement par rapport à notre mode de vie est moindre si on le compare à la Bolivie, mais on sent bien tout de même qu’on est en Amérique du Sud.

Je ne sais même pas par quoi commencer ; trop de choses à dire…

Pour un voyageur européen comme moi, l’Argentine est le pays idéal pour se fondre dans la masse. Beaucoup des Argentins ont des origines italiennes, espagnoles… Bref, beaucoup ressemblent à des européens. Du coup, on ne se fait pas repérer comme « touriste » sans arrêt. Contrairement au Pérou ou à la Bolivie, où la différence physique est trop grande pour tenter de la dissimuler. Il n’était pas rare que quelqu’un dans la rue me demande un renseignement ou une adresse pensant que j’habitais ici.

De plus, la différence par rapport aux autres pays traversés ici est que je connaissais déjà du monde. D’autres routards argentins (se dit mochilero en espagnol) rencontrés auparavant. Et les routards argentins sont toujours ceux avec qui je m’entends le mieux, muy buena onda comme on dit en Amérique Latine. Je les ai donc revus dans leurs villes (Cordoba, Buenos Aires). Ils sont devenus des amis que je reverrai, et qui peuvent venir chez moi quand ils veulent. Nos vemos hermanos !

Argentine Cafayate hostel

Un peuple accueillant…(surtout les Argentines !)

Les argentins d’une manière plus générale ont été très accueillants, fiers de leur pays et toujours prêt à discuter.

Et chose importante : les Argentines sont magnifiques. Brunes, bronzées… Et elles ne sont pas seulement belles ; elles ont du charme aussi. Il y a des journées où je tombais amoureux au moins trois fois je crois !

Une nourriture délicieuse (pas pour les végétariens !)

Aussi, ce pays et son mode de vie me correspondent à merveille.

Tout d’abord : la nourriture. Mmmmmhh le délice ! Après tous ces mois en Équateur, Pérou et Bolivie à bouffer du poulet avec du riz, la nourriture argentine m’a fait un bien fou. La meilleure viande rouge au monde. Surtout le bife de lomo, morceau tellement tendre qu’on peut le couper à la fourchette. Ils en mangent beaucoup les argentins, près de 400 – 500 grammes par repas ! Je suis devenu un vrai carnivore aussi, mais je me limitais à 300 grammes, c’était impossible plus !

Et ici, pour cuire la viande, toujours le barbec ! Pas une maison, pas un hôtel sans un barbec. J’ai même déjà fait un hôtel où ce que les gérants appelaient « cuisine » était en faite le barbecue. Et ici, ça s’appelle « un asado ».

Accompagné cette bonne viande avec un vin de Mendoza, de Cafayate, ou de San Juan, et c’est le paradis pour moi !

Argentine Mendoza vin

Le matin, toujours le dulce de leche (confiture de lait). Les Argentins en raffolent, ils en mettent sur tous les gâteaux, crêpes ou autres gourmandises… Je suis devenu accro aussi. J’espère en trouver en France, ou alors je vais apprendre à en faire, pas le choix !

L’incontournable mate

Également, j’ai adoré la tradition du mate. Ce thé que l’on partage entre amis. Quelque chose de très social et d’important ici. Il est très fréquent de voir les Argentins se balader avec le mate dans une main et un thermos d’eau chaude dans l’autre.

Argentine boisson mate

L’Argentine, un chef d’œuvre…

L’Argentine est un pays d’artistes. La plupart des jeunes savent jouer de la musique, peindre, ou faire des graffitis… Je me sentais bien incapable à côté ! Du coup, la scène culturelle est vraiment bien, comme j’ai pu le constater à Buenos Aires. Il n’y a pas que le tango ici (d’ailleurs, plus beaucoup de jeunes le dansent), il y a une vraie scène rock, reggae, hip-hop… Ce que j’aime quoi !

Argentine Buenos Aires San Telmo tango
Argentine Buenos Aires Boca FMI

Je ne sais même pas quel défaut je pourrais trouver à ce pays. Peut-être le système économique, qui est très défaillant. Mais ça, ça changera un jour, j’ai confiance. Dans le pays d’Ernesto Guevara, la situation ne pourra pas rester ainsi indéfiniment.

Argentine Alta Gracia Che Guevara

Je ne trouve pas de mot pour décrire ce que je ressens. A vrai dire, c’est la première fois que j’ai cette impression dans un pays où je voyage : je me sens Argentin.

Je n’exclus pas de revenir dans ce pays plus tard, dans quelques années, pour y vivre et y travailler.

Comme m’a dit Julia, une amie argentine de Buenos Aires, lorsque je lui disais que j’adorais son pays :

« Tú pasaporte es francés, pero tú corazón es Argentino ».

Alors pour conclure, comme pour toute déclaration d’amour, tout simplement :

Te quiero tanto Argentina !

Catégories : Argentine

1 commentaire

Explorer le parc Tayrona, près de Santa Marta - Y a qu'à rêver · 19 décembre 2018 à 11 h 50 min

[…] pour cuisiner au camping, c’est barbec, pas le choix ! Après tous les asados (barbecue) fait en Argentine, je suis devenu expert dans le domaine ; j’en ai fait un qui aurait pu servir à une centaine […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :