Après un court vol de deux heures depuis Jakarta, j’arrive en territoire malaisien et plus précisément à Kuala Lumpur. Beaucoup de voyageurs passent par cette capitale car son aéroport est l’un des plus importants d’Asie du sud. C’est une ville plutôt agréable à visiter, chose rare sur ce continent !

Welcome to Malaysia !

L’arrivée a été une bonne surprise puisque ça a été le passage d’immigration le plus facile de ce voyage : pas un seul formulaire à remplir, pas de vol de sortie à fournir… Rien ! Un coup de tampon et hop, 90 jours de visa gratuit !

Malaisie Kuala Lumpur drapeau

KL (plus rapide à écrire que Kuala Lumpur) est une grande ville moderne. Pas besoin de taxi pour se déplacer ; les transports publics sont efficaces et faciles à prendre, ce qui est bien pratique pour le quotidien d’un voyageur.

Je me suis logé dans le Chinatown, un quartier en centre-ville où on trouve les auberges les moins chères. A vrai dire, il n’y a pas que des chinois dans ce quartier… Le multiculturalisme est un aspect majeur du pays avec des chinois, des indiens et des malais (l’ethnie vivant à l’origine en Malaisie, à ne pas confondre avec le terme malaisien). D’ailleurs, le temple le plus proche de mon auberge n’était pas un temple bouddhiste chinois mais un temple hindou. Les religions se côtoient et les lieux de culte sont parfois très proches les uns des autres.

Malaisie Kuala Lumpur temple hindou

L’Islam est tout de même la religion officielle du pays. A la différence de l’Indonésie, on voit moins de mosquées dans les villes (à la fois, les indonésiens sont les champions pour transformer n’importe quelle petite maison en mosquée…). Celles que l’on voit sont cependant plus imposantes et décorées, ce qui est plutôt agréable pour un voyageur.

Malaisie Kuala Lumpur mosquée

Un développement fulgurant

A KL, il est difficile de faire une photo d’un bel édifice sans avoir le siège d’une banque derrière… KL est une ville très dynamique qui a connu une croissance exponentielle ces dernières décennies. Cette capitale est un savant mélange entre tradition et modernisme. Les vieux temples hindous et les mosquées se trouvent aux pieds de géantes tours de verre abritant l’élite économique du pays.

Le résultat est encore plus impressionnant quand on sait que Kuala Lumpur a été créée il y a seulement deux siècles. Les mineurs chinois y venaient en quête de fortune, et vivaient dans d’immenses taudis. Les indiens ont ensuite émigré en nombre durant la colonisation britannique et représentent une forte communauté en Malaisie. Il n’a donc pas fallu longtemps pour que KL devienne une métropole prospère et dynamique attirant aujourd’hui des expatriés du monde entier.

Le Merdaka Square est l’endroit où a été proclamée l’indépendance du pays en 1957. Le drapeau malaisien flotte en permanence, avec de beaux bâtiments entourant la place dont celui du palais du Sultan Abdul Jamad (là aussi, avec des sièges de banques derrière !).

Malaisie Kuala Lumpur merdaka square

Mmmmh la bonne nourriture !

Le côté multiculturel est un avantage certain pour la nourriture. On trouve de tout dans cette ville ! Fini les plats frits dans une marmite d’huile d’Indonésie ! Bon, en vrai je n’ai pas testé grand chose car j’ai mangé seulement dans des petits restaurants indiens… L’une des meilleures cuisines au monde !

De nombreux marchés occupent des ruelles de la capitale également, où se vendent des fruits et légumes à profusion !

Malaisie Kuala Lumpur marché

Parmi ces fruits se trouve le célèbre durian… Ce fruit est interdit dans les transports publics d’Asie du fait de son odeur nauséabonde. C’est la pleine saison pour la récolte des durians et ils remplissent les étalages de certains marchands, aucunement repoussés par l’odeur spéciale.

Malaisie Kuala Lumpur durian

Twin towers

Entre ces visites, je me posais à mon auberge pour échapper à la chaleur de l’après-midi. J’y ai rencontré Daniel, un brésilien ayant démarré son voyage le 25 septembre à Kathmandu ; c’est-à-dire exactement comme moi ! La coïncidence est drôle et on a un parcours assez similaire du coup.

On est allé ensemble voir les Petronas Tower de nuit. Ce sont les tours jumelles les plus hautes au monde avec leurs 452 mètres. Elles sont le symbole de la réussite fulgurante de la ville et du pays en général. Elles abritent le siège non d’une banque cette fois, mais de la compagnie pétrolière et gazière nationale, Petronas. Le design des tours est très réussi avec de nombreuses références à l’Islam : les 5 différents diamètres représentent les 5 piliers de l’Islam, les mâts aux sommets symbolisent des minarets…

On assiste à un spectacle eau et lumière qui a lieu tous les soirs dans le parc KLCC. Rien d’extraordinaire mais ça permet de faire de belles photos avec les couleurs des fontaines et les tours derrière !

Malaisie Kuala Lumpur tours petronas

Au-dessus du vide !

Comme Singapour, KL est plus impressionnante à voir de nuit. Pour cela, il faut prendre de la hauteur ! La plupart des visiteurs montent justement en haut des Petronas mais d’après ce qu’on m’a dit, ce n’est pas de là qu’on obtient la plus belle vue. Une autre immense tour de 421 mètres est à proximité, le Menara Tower.

Malaisie Kuala Lumpur Menara Tower

On peut y accéder par le KL Forest Eco Park, la plus ancienne « jungle » protégée du pays (en 1906 tout de même). Honnêtement, ce n’est pas vraiment ça que j’appelle une jungle mais c’est tout de même agréable de se promener au milieu de la végétation quand on est en plein cœur d’une capitale.

Bref, l’entrée pour la tour Menara coûte 20 euros, ce qui n’est pas donné pour un budget routard. J’ai hésité et finalement je ne regrette pas d’y être monté. J’y suis allé en fin d’après-midi pour voir en premier la ville sous la lumière du soleil.

Malaisie Kuala Lumpur Menara Tower

Pour des photos marrantes, il y a aussi deux « skybox » (des boîtes de verre suspendues au-dessus du vide). Ceux qui ont le vertige s’abstenir !

Malaisie Kuala Lumpur Menara Tower skybox

Il n’y a pas de limite de temps dans le tarif d’entrée. J’avais donc prévu un bouquin pour patienter jusqu’à ce que le soleil se couche et que les lumières de la ville apparaissent. Les Petronas Tower et autres gratte-ciels s’illuminent juste devant mon poste d’observation.

Malaisie Kuala Lumpur Menara Tower

Trop facile !

Je ne reste pas plus longtemps à KL et prend un bus le 6 au matin vers George Town, une ville connue pour sa nourriture et son street-art. D’ailleurs, KL commence à s’inspirer de cette ville pour développer également du street-art avec des graffeurs locaux. Les premiers résultats sont plutôt concluants mais il n’y en a pas encore assez pour que ça se remarque vraiment.

Malaisie Kuala Lumpur street art

Le terminal de bus de KL est à l’image de la ville : clean, ultra organisé, moderne… J’ai plus l’impression d’entrer dans un aéroport avec plusieurs portes d’embarquement, des infos en direct sur les retards… J’ai le pressentiment que ça ne va pas être compliqué de se déplacer en Malaisie !

KL est une ville intéressante pour un voyageur, avec son multiculturalisme et ses traditions côtoyant un modernisme sans limite. Cependant, il n’y a pas non plus 1 000 choses à faire, sauf si on est passionné de galeries d’art, ce qui n’est pas du tout mon cas.

KL et Singapour ont de nombreux points communs. Mais dans le genre moderne et futuriste, j’ai trouvé Singapour beaucoup plus impressionnante. Dans tous les cas, je vais être amené à revenir à la capitale malaisienne dans les semaines suivantes pour prendre des avions. Peut-être découvrirai-je de nouveaux endroits cools !

Catégories : Malaisie

8 commentaires

Téhéran – Du 24/08 au 26/08/2018 - Y a qu'à rêver · 10 décembre 2018 à 12 h 09 min

[…] me voici désormais en République Islamique d’Iran ! Je suis arrivé à Téhéran depuis Kuala Lumpur par un vol de nuit. Premières journées en Iran, premières impressions, premières […]

Kuching : le guide complet de la grande ville de Bornéo - Y a qu'à rêver · 11 décembre 2018 à 18 h 01 min

[…] de Sarawak, située sur l’île de Bornéo. Des vols pas chers permettent de la relier à Kuala Lumpur en 1h de vol. C’est une bonne base pour explorer les environs ; c’est peu dire que les […]

J'ai attrapé la dengue en Malaisie : hospitalisé ! - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 10 h 53 min

[…] symptômes me concernant sont apparus le 6 juillet, le jour où j’ai quitté Kuala Lumpur pour George Town en bus. La fièvre et les courbatures faisaient leurs apparitions en fin […]

Pulau Kapas - Du 22/07 au 28/07/2018 - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 15 h 09 min

[…] tout comme à Kuala Lumpur et surtout à George Town, le street art est présent également à Kuala Terengganu. C’est […]

A la découverte de la belle Malacca - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 15 h 42 min

[…] au petit matin à KL après une courte nuit de bus. Je connais déjà la ville puisque j’y suis venu début juillet. J’ai changé d’auberge cependant pour en découvrir une autre au concept original : […]

Malaisie - Suite et fin le 23/08/2018 - Y a qu'à rêver · 12 décembre 2018 à 16 h 06 min

[…] passé mes trois deniers jours à Kuala Lumpur, que je connaissais déjà pour y être venu deux fois. Je n’ai pas fait grand chose à part […]

Bandung : une ville calme, l'alternative à Jakarta - Y a qu'à rêver · 27 décembre 2018 à 14 h 12 min

[…] deux mois en Indonésie, il est temps de s’envoler vers une nouvelle destination : la Malaisie […]

Randonner et boire du thé aux Cameron Highlands - Y a qu'à rêver · 30 décembre 2018 à 15 h 33 min

[…] rapidement ! En plus, on change de standing puisque cette fois-ci, c’est un riche couple de Kuala Lumpur en Porsche Macan qui accepte de nous ramener à notre hôtel ! Très sympas malgré leur accent […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :