Les alentours de Erevan sont splendides. J’ai passé une journée avec ma moto à les découvrir, en commençant par une randonnée au Mont Aragats, puis le temple grec de Garni et le monastère de Geghard pour finir. Un super programme !

Le lac Kari

Levé à…6h15 pour un départ à moto 45 minutes plus tard. Voyager n’est pas synonyme de vacances, faut pas croire !

Le premier objectif est de rejoindre le lac Kari, au pied du Mont Aragats. Une soixantaine de kilomètres à faire, la moitié sur une voie express, l’autre sur une petite route de montagne.

Plus l’altitude augmente et plus je vois des camps de bergers. Leurs chiens me coursent après mais ils ne font pas le poids face aux 600 cm³ de la Loca.

Je ne croise quasiment aucun véhicule sur la route de montagne mais je ne suis pas seul pour autant : je partage le bitume avec les troupeaux de chèvres, de vaches… Après 1h15 de route, j’arrive au lac Kari, à 3 190 mètres d’altitude. Erevan est à 1 000 mètres donc ça fait déjà une bonne grimpette !

Lac Kari

J’avais hésité à venir ici la veille au soir et bivouaquer près du lac. Mais je ne regrette pas, ça doit sacrément cailler la nuit ici car bien exposé au vent. De plus, le lac n’est pas vraiment joli. L’URSS y a laissé des souvenirs : un observatoire astronomique et des baraquements. Les bâtiments sont tout rouillés aujourd’hui. D’ailleurs, l’Arménie est le pays de la rouille j’ai l’impression. Il y a toujours un tas d’objets rouillés le long des routes (voitures, machines…). Ça a son charme je trouve, mais près d’un lac, ça gâche un peu !

Lac Kari

Il y a aussi un petit hôtel restaurant mais à la qualité très médiocre paraît-il.

De toute façon, je n’ai pas fait le trajet pour ne voir que le lac. L’objectif est plus haut !

Le sommet sud du Mont Aragats

J’avais mis une des deux sacoches sur la moto afin d’y mettre mes chaussures de randonnées, petit sac à dos… Je me change donc rapidement et pars ensuite marcher. Le sommet sud du Mont Aragats est parfaitement visible depuis le lac. Il n’y a pas un chemin bien tracé qui y mène mais c’est plutôt logique. Il faut d’abord marcher dans les vastes praires d’altitude avant de rejoindre une arête.

Randonnée Aragats

La randonnée depuis le lac Kari jusqu’au sommet sud fait 12 km aller / retour. La montée est progressive, sans section très raide. J’ai mis 1h05 à atteindre le sommet à 3 875 mètres d’altitude.

Beaucoup de cairns en haut ; j’apporte ma pierre à l’édifice (superstition… Si un jour j’oublie de rajouter une pierre et que j’arrive en bas, je serai capable de remonter juste pour ça je pense !).

Aragats sommet sud

Évidemment, la vue à cette altitude est magnifique sur les environs, notamment le sommet nord du Mont Aragats, plus haute montagne du pays à 4 095 mètres d’altitude. Il y a encore des névés sur les pentes en cette fin d’été.

Mont Aragats

Enfin, les arméniens diront que le plus haut sommet est le Mont Ararat car il leur appartient toujours selon eux. D’ailleurs, on voit ce mastodonte au loin avec son sommet enneigé qui dépasse des nuages.

Mont Ararat

La bonne nouvelle, c’est que je n’ai toujours aucun mal des montagnes. Je suis bien acclimaté désormais après le Tadjikistan, le Kirghizistan…mais je viens de passer de 1 000 mètres à 3 900 mètres en 2h30 et pas un petit mal de tête. Je remercie vraiment Dame Nature !

Il fait très froid là-haut donc je ne m’éternise pas au sommet. Redescente vers la moto.

La forteresse Amberd

A 11h30, j’ai renfilé mes affaires de motard et je quitte le lac Kari. Sur la route, le fils d’un berger me fait signe de m’arrêter. Il me demande s’il peut essayer ma moto… Euh, ton menton arrive au niveau du guidon et tu n’as pas l’air d’être la truite la plus oxygénée de la rivière en plus. Donc désolé mon p’tit ! On fait un selfie à la place. Vie de star !

Une vingtaine de kilomètres plus loin se trouve la forteresse Amberd.

Forteresse Amberd

Je me pose encore la question de ce qu’elle foutait là… Il n’y a absolument rien dans les environs à part un grand canyon. Contre qui elle protégeait ? Car si des ennemis arrivaient ici, c’est qu’ils s’étaient sacrément pommés.

Forteresse Amberd

Les arméniens sont semblables aux géorgiens pour la religion. A la vue de la forteresse, ils ont dû se dire : il manque un truc ici… Ah oui, une église !

Forteresse Amberd
P’tit tour par un garage moto de Erevan

Je retourne vers Erevan ensuite. Direction le garage moto Katana, un bon tuyau que les voyageurs à moto se passent. Pas de problème sur la Loca, mais je veux juste racheter de la graisse de qualité pour ma chaîne. Et j’en profite pour vérifier la tension en sortie de régulateur (oui je suis devenu parano avec l’électricité depuis ma panne en Albanie !). RAS, tout va bien !

Le temple de Garni

Il est 14h, il fait plus de 30 degrés et ça bouchonne dans Erevan. Je suis totalement trempé sous le blouson ! Petite pause pour déjeuner dans un restaurant climatisé et je repars ensuite vers le temple de Garni à 30 kilomètres de la capitale.

C’est l’unique temple grec hellénistique d’Arménie, construit au 1er siècle. Décidément, ils sont allés partout ces grecs..!

Temple de Garni

Il surplombe le très beau canyon de Garni.

Le monastère de Geghard

Quoi, je suis en Arménie et je n’ai pas encore vu un monastère de la journée ? Il fallait rectifier ça !

11 km après Garni se trouve le monastère de Geghard, tout au bout de la route. Un haut lieu de la religion arménienne. Car ici, ils ont leur propre branche du christianisme : l’église Apostolique Arménienne. Ne me demandez pas ce qu’elle a de particulier, je n’y connais rien. Faudrait juste leur dire d’arrêter de brûler autant de bougies, ça noircit les murs.

Monastère de Geghard

Toujours est-il que ce monastère est très joli, bloqué dans le fond du canyon. Je trouve un coin à l’ombre pour me reposer près d’une fontaine.

Monastère de Geghard

Avant de partir, je monte à un petit point de vue pour faire une photo de l’ensemble.

Monastère de Geghard
Retour à Erevan

J’en ai fini pour les visites aujourd’hui. Il est temps de retourner à mon auberge d’Erevan (hostel Santorini), où j’arrive peu avant 18h. Quelle journée bien remplie et intense ! Je suis lessivé mais j’ai adoré. C’est fou ce que la moto procure comme liberté !

200 kilomètres à moto, 12 kilomètres de rando pour atteindre un sommet à 3 900, une forteresse, un temple, un monastère… Qui dit mieux ?!


1 commentaire

Khor Virap et Noravank : visite de deux monastères en Arménie - Y a qu'à rêver · 2 septembre 2023 à 16h38

[…] ma grosse journée à découvrir les environs d’Erevan, je poursuis ma route. Cette fois-ci, pas de retour à la capitale le soir. Je charge la moto et je […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.